Informations

Le visage de la négligence émotionnelle de l'enfance (CEN)

Le visage de la négligence émotionnelle de l'enfance (CEN)

Tout autour de nous, il y a des gens compétents, souriants, avec un bon cœur et de bons emplois. Des hommes et des femmes debout qui font de leur mieux pour subvenir aux besoins de leur famille, amis, enfants et collègues de travail. Les personnes qui rient facilement des blagues des autres, offrent généreusement des conseils et de la compassion et font passer les besoins des autres avant les leurs.

Mais si nous regardons d'un peu plus près, nous pourrions voir une lueur de doute dans les yeux de ces braves gens. Si nous écoutons avec un peu plus d'attention, nous pouvons ressentir un manque subtil d'estime de soi qui se cache sous leur surface. Si on regarde un peu plus attentivement, on peut voir un effort derrière leurs sourires et une hésitation dans leur confiance.

Ce sont les personnes qui vivent leur vie sous l'influence d'une négligence émotionnelle infantile puissante et invisible (CEN).

La définition de la négligence émotionnelle de l'enfance est simplement la suivante : l'incapacité d'un parent à répondre suffisamment aux besoins émotionnels d'un enfant. Lorsqu'un enfant grandit dans un foyer où les émotions ne sont pas suffisamment validées, acceptées ou traitées, il apprend à mettre ses propres émotions de côté.

Un enfant qui grandit de cette façon devient un adulte qui ne valorise pas, ne fait pas confiance ou même ne connaît pas ses propres sentiments. Cet enfant peut devenir un adulte pleinement fonctionnel et fort extérieurement. Mais il ressentira profondément en lui-même qu'il lui manque quelque chose ; que quelque chose ne va pas.

Il sentira qu'une partie de lui-même, la plus profondément personnelle et biologique (ses émotions) est invalide, inacceptable ou manquante. Il remettra en cause ses décisions. Il sera confus par son propre comportement et le comportement des autres. Il aura du mal à se sentir connecté aux personnes qu'il aime le plus, à s'intégrer, à appartenir.

Pourtant, cette enfant émotionnellement négligée, à l'âge adulte, sera perplexe quant à ce qui ne va pas avec elle, ou pourquoi. La négligence émotionnelle de l'enfance est si subtile et immémorable qu'elle n'a peut-être pas conscience que quelque chose manquait dans son enfance.

Alors elle luttera en silence, fera bonne figure et cachera à elle-même et aux autres ce sentiment profond et douloureux que quelque chose ne va tout simplement pas.

En tant que psychologue qui a aidé des dizaines de personnes à prendre conscience et à conquérir leur CEN, je l'ai suivi à travers plusieurs générations au sein des familles. Je considère le CEN comme l'une des influences les plus subreptices et les plus destructrices sur la santé et le bonheur de notre société. Son invisibilité augmente non seulement sa puissance, mais lui permet également de s'auto-propager furtivement d'une génération à l'autre, à l'autre.

Les enfants émotionnellement négligés grandissent avec un angle mort sur les émotions, les leurs ainsi que celles des autres. Sans faute de leur part, lorsqu'ils deviennent eux-mêmes parents, ils ne sont pas assez conscients des émotions de leurs propres enfants, et ils élèvent involontairement leurs enfants pour qu'ils aient le même angle mort. Et ainsi de suite, de génération en génération.

Le monde est donc plein de gens qui viennent toujours pour les autres, qui mettent leurs propres besoins de côté. Ils collent ces sourires rayonnants sur leurs visages, mettent un pied devant l'autre et soldat, ne donnant aucune idée de ce qu'ils ressentent vraiment.

Mon objectif est de faire prendre conscience aux gens de cette force subtile mais puissante de leur passé. je veux faire le terme négligence émotionnelle un terme domestique. Je veux aider les parents à savoir à quel point il est important de répondre suffisamment aux besoins émotionnels de leurs enfants, et comment le faire. Je veux empêcher cette force insidieuse de saper le bonheur et la connexion des gens aux autres tout au long de leur vie, et arrêter le transfert de la négligence émotionnelle d'une génération à l'autre.

Si vous vous identifiez au visage du CEN, il est essentiel que vous le preniez au sérieux. C'est en traitant notre propre héritage de négligence émotionnelle infantile que nous pouvons non seulement nous guérir, mais aussi nous assurer que nous ne le transmettons pas à nos propres enfants.

Pour obtenir plus d'informations sur le CEN et la parentalité émotionnellement sensible, visitez www.emotionalneglect.com pour répondre au questionnaire sur la négligence émotionnelle et en savoir plus sur le livre du Dr Webb, Courir à vide : surmonter la négligence émotionnelle de votre enfance.


Négligence émotionnelle de l'enfance est l'incapacité d'un parent à répondre suffisamment aux besoins émotionnels de l'enfant.

La négligence émotionnelle est, à certains égards, le contraire des mauvais traitements et des abus. Alors que les mauvais traitements et les abus sont des actes parentaux, la négligence émotionnelle est l'incapacité d'un parent à agir.

C’est un échec à remarquer, à prêter attention ou à répondre de manière appropriée aux sentiments d’un enfant. Parce que c'est un acte d'omission, ce n'est pas visible, perceptible ou mémorable. La négligence émotionnelle est l'espace blanc dans l'image de famille à l'arrière-plan plutôt qu'au premier plan. Il est insidieux et négligé alors qu'il cause des dommages silencieux à la vie des gens.

Les enfants qui sont émotionnellement négligés grandissent alors pour avoir un ensemble particulier de luttes. Parce que leurs émotions n'ont pas été validées en tant qu'enfants, ils peuvent avoir des difficultés à connaître et à faire confiance à leurs propres émotions en tant qu'adultes.

Ils peuvent avoir des difficultés à comprendre leurs propres sentiments, ainsi que ceux des autres. Parce qu'une partie importante d'eux-mêmes (leur moi émotionnel) a été niée, ils peuvent se sentir déconnectés, insatisfaits ou vides. Ils peuvent avoir des difficultés à faire confiance ou à se fier aux autres. Beaucoup décrivent le sentiment qu'ils sont différents des autres comme si quelque chose ne va pas chez eux, mais ils ne sont pas sûrs de ce que c'est.


7 symptômes de la négligence émotionnelle de l'enfance

Le voile est enlevé et maintenant je peux clairement voir les raisons pour lesquelles les gens se comportent comme ils le font. À certains égards, cela rend la vie plus facile, mais à d'autres égards, cela rend la vie beaucoup plus difficile. Ceux qui souffrent de négligence émotionnelle pendant l'enfance, en tant qu'adultes, vivent effets à long terme. Les racines de ces actions sont longues et épaisses, provoquant une place forte dans la vie quotidienne. Parfois, je ressens aussi ces symptômes.

Aurais-je pu être émotionnellement négligé quand j'étais enfant ?

Je restais avec ma grand-mère, tous les jours de la semaine, pendant que mes parents travaillaient. Pendant ces jours, j'ai été agressée sexuellement par mon cousin adulte qui m'a rendu visite. Peut-être que mes parents, dans un sens, m'a négligé, mais pourtant ils devaient travailler. Ou était-ce ma grand-mère qui agissait de manière négligente ? Comprenaient-ils ce qu'ils faisaient ? Probablement pas.

C'était un mode de vie tellement différent dans les années 70. Quand mes parents étaient à la maison, ils ne parlaient jamais de mon avenir et ne m'ont jamais vraiment donné crédit pour ma créativité. C'était normal de me nourrir et de me protéger. Il n'était pas nécessaire de garder mon enthousiasme.

J'ai trouvé le soutien dont j'avais besoin chez mon frère aîné, qui m'a fourni une petite partie du renfort cela me donnerait une raison de vivre. Nous sommes encore proches de ce jour.

Avez-vous été émotionnellement négligé ?

Si vous essayez de le découvrir par vous-même, cela pourrait être trop difficile. Il y a cependant des signes qui montrer la racine de vos sentiments. Si vous avez souffert de négligence émotionnelle dans votre enfance, vous comprendrez peut-être mieux après lire ces indicateurs. Voici 7 signes que vous avez probablement été émotionnellement négligé.

Vous sentez-vous parfois engourdi ?

Quand je parle d'être engourdi, je ne veux pas dire perdre des sensations physiques dans certaines parties de votre corps. Je me réfère à la perte de sensation émotionnelle dans vos pensées. L'engourdissement est un endroit où les préoccupations deviennent insignifiantes et les émotions disparaissent tout simplement. Maintenant, vous pourriez ne pas vous sentir engourdi tout le temps, mais quand vous le faites, rien n'a d'importance.

Vous pouvez presque vous sentir proche de rien, vide et inexistant. Après un certain temps, vous pouvez commencer à ressentir un engourdissement physique.

Éprouvez-vous une confusion émotionnelle?

Ceux qui ont vécu de la négligence émotionnelle durant leur enfance seront parfois confus à propos de ce qu'ils ressentent. Ils peuvent être en colère, irrités ou déprimés sans comprendre pourquoi ils se sentent ainsi. Parfois, ils avoir du mal à se calmer aussi, ressentir de la colère et de la frustration qui s'accumulent continuellement à l'intérieur. C'est généralement à cause des émotions complexes du passé après avoir été laissé seul ou oublié.

Refusez-vous l'aide des autres ?

J'ai remarqué avec certaines personnes dans ma vie, que peu importe à quel point les choses deviennent difficiles pour elles, elles refusent de demander de l'aide. En fait, j'ai aussi ressenti cet étrange refus. Utiliser ce que je comprends de la situation me donne un aperçu. Lorsque vous étiez négligé dans votre enfance, vous n'aviez parfois aucune aide lorsque vous en aviez le plus besoin. En tant qu'adulte, on s'y habitue. Être dépendant de quelqu'un d'autre est anormal pour l'adulte émotionnellement négligé.

Avez-vous souvent l'impression qu'il manque quelque chose ?

Lorsqu'un adulte a été émotionnellement négligé dans son enfance, il aura toujours ce trou à l'intérieur. Il y aura un sentiment persistant que quelque chose manque de leur vie, qu'il s'agisse d'une personne ou d'une situation dont ils pourraient avoir envie. Malheureusement, beaucoup de gens continuent de remplir cet espace avec les choses qu'ils espèrent leur apporteront de la joie mais je me sens toujours si vide à l'intérieur. Vous perdez le sens de la maison et vous perdez le sens de l'amour si vous ne faites pas attention.

Avez-vous une faible estime de vous-même?

Une faible estime de soi vient également d'être émotionnellement négligé comme un enfant. Vous pensez que si vos parents et vos proches vous ont négligés, alors vous ne valez pas leur temps ou n'êtes pas important pour eux. Ce n'est généralement pas vrai, mais c'est compliqué.

Souvent, les parents ne sont tout simplement pas conscients des effets de leurs actions. En tant qu'adulte, vous transférer ces sentiments sur les situations et les personnes présentes. Vous ressentez une faible estime de soi qui parfois devient permanent et affecte votre vie à la maison et au travail. Si vous reconnaissez ce trait, vous avez peut-être été victime de négligence émotionnelle dans votre enfance après tout.

Êtes-vous perfectionniste?

Si vous êtes perfectionniste, vous auriez pu être négligé émotionnellement. Pensez-y de cette façon, si vos proches vous ont négligé dans votre enfance, vous auriez pu essayé presque n'importe quoi pour attirer leur attention, même en recherchant la perfection pour se faire remarquer. En tant qu'adulte, ce perfectionnisme a grandi et peut-être, maintenant, vous êtes devenu obsédé par ce comportement.

Êtes-vous un maniaque de la propreté, avez-vous besoin que tout soit parfaitement organisé et avez même besoin d'amis perfectionnistes ? Tu pourrais encore être essayer de valider votre existence. Fais attention.

Êtes-vous sensible au rejet et facilement offensé ?

Être trop sensible à propos de presque tout est un signe de rejet passé. Vous avez peur et votre la peur se manifeste en étant offensé par ce que les autres vous disent. Parfois, les gens n'offrent que des critiques constructives, mais ceux qui ont subi une négligence émotionnelle dans leur enfance considèrent qu'il s'agit d'une attaque.

Comment évaluez-vous?

Je n'ai jamais vraiment pensé au fait que j'aurais pu être abusé émotionnellement dans mon enfance jusqu'à ce que je comprenne les répercussions de cet abus. J'ai eu tellement de problèmes à essayer de comprendre d'où provenaient chacun de mes défauts et excentricités. J'ai vu ma dépression d'une manière claire, j'ai vu mes traits anxieux d'une autre, mais il y avait des choses comme énumérées ci-dessus qui Je ne pouvais tout simplement pas catégoriser….jusqu'à maintenant.

J'apprécie la capacité de apprendre les racines de mes caractéristiques, et toi? Lorsque nous saurons d'où viennent nos défauts, nous pourrons guérir chaque blessure et la remplacer avec une tranquillité d'esprit. Je pense que c'est juste un pas de plus vers un moi éveillé.

Nous nous rapprochons. Soyez juste patient.

Copyright © 2012-2021 L'esprit d'apprentissage. Tous les droits sont réservés. Pour obtenir l'autorisation de réimprimer, contactez-nous.

Partagez cette histoire ! Partager ce contenu

Cet article a 45 commentaires

J'ai été négligée et maltraitée par mes parents, mais j'ai appris à leur pardonner et je ne les blâme plus. Cela a pris de nombreuses années mais ça s'améliore.

Vous avez raison! J'ai également été négligée et maltraitée, et on m'a dit une fois que mon agresseur sexuel ne paierait jamais pour ce qu'il m'avait fait parce que cela nuirait à la famille. On m'a essentiellement dit de rester silencieux à ce sujet. J'ai détesté mes parents pendant longtemps, mais maintenant je ne le fais plus. Je déteste la société dans laquelle nous vivons où la honte est pire que l'abus. Cela s'améliore, il vous suffit de voir la beauté et l'amour en vous et de laisser cela s'élever au-dessus de tout.

Les trois derniers bien sûr. Mais ça ne me dérange pas d'être un monstre propre. J'étais marié à une sale femme. MDR. Avoir une maison propre, c'est bien.

Merci d'avoir lu, et oui, nous avons ces petites choses qui peuvent sembler bizarres ou qui peuvent même être un peu malsaines, mais nous pouvons les utiliser pour surmonter la douleur et aider les autres. J'ai tellement de symptômes de différentes choses, je m'arrête juste quand je suis submergé et je dis : "Hé, prends un numéro, je serai juste avec toi!"

Si vous n'êtes pas sûr d'avoir été négligé, pourquoi voudriez-vous creuser cela et ajouter plus de conflits à votre vie. Concentrez-vous plutôt sur les problèmes que vous connaissez et travaillez dessus. Ne cherchez pas plus de problèmes.

DUH ! Beaucoup de gens traversent la vie avec des problèmes et ne savent jamais pourquoi. Comment diable pouvez-vous trouver une solution alors que vous ne faites que traverser la vie avec des problèmes qui pourraient très bien être inversés et avoir une vie meilleure. Arrêtez de juger ce que vous ne comprenez ÉVIDEMMENT pas. Vous avez un avis, super ! et c'est tout. Mais dire aux gens de se retirer des solutions et d'être simplement un flotteur dans la vie est pire que cet article.

Merci pour ta réponse, Charlene, et merci de m'avoir lu. ??

Une partie du problème avec diverses maladies mentales et pourquoi elles ne sont pas guéries est exactement ce que vous voulez que les gens fassent ! Oui, nous pouvons tous continuer à sauter dans la rue et profiter du beau temps, mais lorsque nous nous retrouvons à pleurer sans raison apparente et à refuser de laisser quiconque nous aider, alors nous voulons savoir pourquoi.

Laissez-moi vous raconter une histoire courte, vraiment courte. J'étais dans une relation centrée sur la violence. Eh bien, il s'est avéré que son père l'avait négligé et abusé de lui. Donc, pour qu'il puisse faire face à ses propres problèmes, il a dû faire face à ce fait ! S'il avait continué à sauter sur la route en regardant de jolies fleurs, alors quand il a décidé de me gifler au visage avec une chaussure, il serait tout à fait évident que quelque chose n'allait pas chez lui.

Maintenant, je sais que nous pouvons éventuellement avoir ces personnes qui n'ont pas une certaine limite dans le cerveau et commettent toutes sortes d'atrocités, mais la plupart des gens ont une raison pour leur comportement dysfonctionnel.

SI quelque chose ne va pas, alors vous allez chercher et découvrir pourquoi les gens intelligents le font ! Même les personnes spirituelles intelligentes souffrant de migraines ne prient pas et refusent de prendre du Tylenol. Les plus intelligents font même des recherches et découvrent ce qui cause leurs maux de tête & #8230..vous savez & #8230.

aller à la RACINE du problème.

Les gens ont des comportements qui découlent d'abus, de négligence, etc. Comprendre ces comportements peut donner une meilleure idée de la façon de les corriger. Certaines personnes sont simplement sans cœur et aiment donner leur avis sur la façon de vivre votre vie, ne les écoutez pas ou les commentaires de ce flux. Découvrir pourquoi vous faites certaines choses peut vous aider à trouver une meilleure façon de vivre sans ces comportements et d'avoir une existence et une expérience de vie plus heureuses. Bonne chance, amour et câlins à tous ceux qui souffrent. Je vous souhaite le meilleur. Ce poste peut être le début du voyage de quelqu'un de soi.

je sens que tu me ressembles. c'est pourquoi j'ai lu presque tous vos articles/articles .mutuel dans la personnalité ou le caractère .psychologie. pas comme . partageant les mêmes idées
Avez-vous l'impression que vous ne vous comprenez toujours pas? ce que tu es vraiment ou qui tu es. quelque chose de profond en toi. vous ne savez toujours pas?
Je suis curieux de vous parce que je pense que nous avons beaucoup en commun
J'ai toujours voulu étudier la psychologie pour comprendre l'humain et le cerveau. mais ce n'est pas suffisant pour m'enseigner par des livres ou par Internet. s'ennuyer facilement
Je doute que certains des éléments ci-dessus existent en moi, mais je suis sûr qu'ils ne le sont pas tous
AVEZ-VOUS ÉTUDIÉ LA PSYCHOLOGIE ?

Ma connaissance de la psychologie ne vient que de quelques endroits, dont aucun n'était sous un diplôme. J'ai étudié un peu la psychologie à l'université avec la sociologie, mais la plupart de mon expérience vient de divers psychiatres, thérapeutes, psychologues pour enfants et conseillers que j'ai endurés tout au long de ma vie. Dès mon plus jeune âge, j'ai vu des thérapeutes pour enfants aux ordres de l'école et de mes parents. Cela était dû à de multiples symptômes de troubles mentaux : dépression, anxiété, psychose et autres actions similaires. Soit dit en passant, j'ai absolument adoré mon temps avec eux, ils étaient les personnes les plus intéressantes et les plus inhabituelles que j'aie jamais rencontrées, et ils comprenaient réellement les choses que je comprenais.

J'ai honte d'admettre que j'ai appris de nombreuses tactiques de survie négatives quand j'étais enfant, dans lesquelles j'avais l'habitude d'arriver à mes fins (manipulation) et je passais des heures à m'attarder sur toutes les choses étranges/étranges/étranges (pensées existentielles). Donc, malheureusement, j'ai commencé à construire une vie à partir de la danse avec les gens (équilibre du contrôle), ce qui a créé plus de traumatismes et de douleur dans ma vie. Je suppose que vous pouvez dire que j'ai appris des choses sur l'esprit en étudiant les gens, de manière à la fois positive et négative. C'est plus tard que j'ai compris à quel point mes manières blessaient aussi les gens, puis j'ai commencé à ressentir un peu d'empathie, avec laquelle je lutte encore aujourd'hui.

C'est l'étendue de mes connaissances en psychologie. C'est un peu comme fermer le livre et briser le moteur à la main. Clair comme de la boue? Je pense qu'il y a plus de gens comme moi que tu ne le penses, et plus de gens comme toi, Jake. Je ne suis ni bon ni mauvais, mais j'ai toujours dit que j'aimais me pencher un peu plus vers la lumière pour ne pas me noyer dans l'obscurité. Après tout, c'est la substance du cœur qui compte et non les masques que nous portons pour survivre.

tout ce qui précède, puis les gens transmettent ce qu'ils savent ou ont appris. regarder en dehors des sentiers battus à un âge précoce m'a aidé à réaliser à quel point l'amour déformé défini par mes parents n'avait rien à voir avec moi. Je ne voulais aucune part de leur confusion ou de leur amour conditionnel. cette détermination et plus de 45 ans de thérapie off & on, spirituellement et une compassion croissante de gentillesse, de vertu et de compréhension ont gardé ma santé mentale et ma foi en l'humanité. Que dit JC pendant que les gens le clouaient sur la croix ? “Pardonnez-leur car ils ne savent PAS ce qu'ils font”. Vous prenez tout ce que vos parents ont de mieux à offrir et vous laissez le toxique derrière VOTRE PROPRE voyage dans la vie. paix

Oui, mes parents m'ont inculqué de bonnes et de mauvaises choses. J'ai maintenant atteint un âge où je suis capable de discerner ce qui était bien de ce qui était mal. J'ai fait beaucoup d'erreurs avec mes propres enfants, accordez-vous, mais j'apprends à m'excuser auprès d'eux tout en restant sévère quand je dois l'être. Mes résultats semblent être des enfants qui me respectent vraiment. Ils ont aussi leurs propres défauts et je continue d'avoir les miens, mais je continue toujours à éliminer toutes les malédictions générationnelles qui auraient pu découler de l'élevage malsain de ma mère et de mon père. Je pense que c'est aussi la clé. Oui, pardonne toujours à ceux qui ont mal agi de ta part. Parce que vous désirez aussi le pardon.

Beaucoup de gens ressentent cela à un moment donné…
Si c'est arrivé, c'est arrivé. Le revivre encore et encore ne peut pas le changer. Traitez-le et passez à autre chose. Ne l'utilisez pas comme excuse pour qui vous êtes devenu aujourd'hui. Commencez à vivre VOTRE vie.

Hey! J'aime la façon dont vous regardez cela, et je veux également ajouter que cela prend plus de temps pour différentes personnes. Il m'a fallu jusqu'à l'âge de 40 ans pour comprendre un fait simple de la vie. Les gens sont différents. Une fois que j'ai réalisé cela, cela m'a ouvert un tout autre niveau.

J'ai écrit un mémoire sur ma vie, qui, je pourrais ajouter, a besoin d'une refonte complète dans le département de grammaire. Eh bien, comme nous ne pouvions pas nous permettre un éditeur professionnel à l'époque, je l'ai fait moi-même. Cela signifiait revivre ma vie encore et encore tout en corrigeant les fautes de frappe et les erreurs écrites de diverses manières. Parlez de battre un cheval mort, ouf ! Eh bien, plus je le lisais, plus je pleurais et faisais des cauchemars. D'un autre côté, plus je lis mon passé, plus j'apprends aussi. Je me suis souvenu des détails et je me suis souvenu à quel point j'aimais être moi même malgré les abus.

Donc, je dois dire, à certains égards, je suis d'accord avec vous, mais à d'autres égards, je ne le suis pas. Puisque nous sommes des gens différents, je m'arrête là. ??

Au lieu d'identifier constamment ce qui ne va pas avec vous-même, il est peut-être préférable de trouver ce qui ne va pas avec vous-même et de savoir comment faire plus de « bien ». Les enfants négligés ont déjà leur vie centrée sur la négativité, il n'est pas toujours utile que ceux-ci ajoutent à la liste. C'est comme ça. Nous ne pouvons pas changer ce qui est déjà imprimé dans nos esprits. Nous avons besoin de solutions, comment vivre avec ces problèmes. Apprendre à faire de demain un jour meilleur..

Voulez-vous savoir pourquoi nous identifions ce qui ne va pas chez nous ? C'est parce que nous avons des symptômes, et tant d'autres dans la société aiment dire que nous sommes « folles » « retardées » « épuisantes émotionnellement » et d'autres mots insultants. Cela nous blesse profondément et nous voulons donc analyser ces traits dits négatifs afin de comprendre pourquoi nous faisons les choses. Lorsque nous comprenons pourquoi nous faisons les choses, nous pouvons apprendre toutes sortes de façons de les guérir. Alors que j'apprenais pourquoi j'étais tellement en colère et nerveux, j'ai également appris que tout le monde n'était pas là pour me faire du mal dans le processus.

Il y a un équilibre ici, et nous pouvons apprendre à être de meilleures personnes même en analysant notre comportement négatif. Vous ne changerez jamais tant que vous ne verrez pas, les yeux complètement ouverts, ce qui vous retient.

Eh bien, j'ai eu une enfance merveilleusement aimante et sécurisée avec des parents dévoués, un foyer heureux et j'ai encore certains de ces problèmes. fonctionne dans les deux sens à mon avis

Oui, vous pourriez rechercher ce même sentiment parce qu'il vous manque tellement. Je le fais parfois quand je pense à ma tante qui est décédée il y a quelques années. Certains de ces symptômes peuvent également être héréditaires. Je pense qu'il y a différents facteurs impliqués qui indiquent les raisons pour lesquelles nous ressentons ce que nous ressentons. Nous sommes de telles créatures aux multiples facettes.

Eh bien duh. J'ai grandi dans les années 80.

J'aimais j'aimais j'aimais les années 80. C'est une fois que j'aimerais revoir.

J'aime ma famille, mais je suis 7/7. Le passé est si profondément enraciné qu'il est difficile de s'en remettre, même avec l'aide d'un professionnel. J'aurais aimé que les choses ne se passent pas ainsi.

Merci pour la lecture. Je ne prétendrai pas comprendre ce que vous avez vécu dans votre passé, mais je sais ce qui a fonctionné pour moi. J'avais l'habitude, et je me sens encore parfois, de me sentir désespérée. Mais, je vais juste vous dire ce qui a fonctionné dans mon cas.

Ce qui m'a le plus aidé, ce sont ces choses. Ils pourraient ne pas fonctionner pour vous, mais je voulais partager dans l'espoir qu'ils le pourraient.

Trouver les petites belles choses de la vie et passer du temps avec elles - des choses comme la nature, les comédies, mes enfants, mes œuvres d'art, l'écriture.

aider les autres (cela aide beaucoup parce que cela me détourne de l'attention.)

le jardinage (j'aime pouvoir extraire la vie de la terre et la sensation et l'odeur de certaines plantes.)

raconter mon histoire (même si c'était incroyablement difficile à faire, j'ai raconté mon histoire. Mon fils de 21 ans a maintenant lu mon histoire et il a un nouveau respect pour ma vie et pour moi)

Je ne sais pas si cela vous aidera, mais je voulais juste essayer de donner quelque chose, une idée ou une pensée que vous pourriez utiliser.

Merci d'avoir lu, Yani!

Je pense qu'il y a une différence entre la maltraitance et la négligence. L'abus est ce qui s'est passé. La négligence est ce qui ne s'est pas produit. Si une personne trouve cela utile, parlez-en peut-être à un thérapeute. Si une personne ne le fait pas, passez votre chemin. Je pense que tout le monde est différent, l'enfance de chacun est différente, la réponse de chacun est différente. Je ne découragerais pas quiconque essaie d'améliorer sa vie ou de régler des problèmes. C'est leur chemin.

Merci pour votre perspicacité. Je n'ai jamais vraiment pensé à l'abus/la négligence de cette façon. C'est rafraîchissant. Oui, tout le monde est différent et de nombreux thérapeutes essaient maintenant d'améliorer le traitement en fonction de ces écarts. Je pense que c'est peut-être la raison pour laquelle ils attendent toujours que nous commencions à parler en premier. Chaque personne doit être traitée comme une personne !

J'ai été plusieurs fois repris par ce que vous écrivez. Il y a quelque chose – toujours quelque chose – qui affecte ou me tient à cœur dans votre écriture. Un autre commentaire mentionné ici étant similaire, je trouve que nous sommes très différents, pourtant si proches dans tant de pensées et de sentiments. Nous avons des antécédents, des vies vécues et des problèmes différents, mais vous me touchez toujours d'une manière ou d'une autre. Vous êtes étrangement comme un ami que je ne connais pas, mais qui réconforte et aide tout au long du chemin.

Merci beaucoup. Cela signifie tellement pour moi de lire ces commentaires. Je partage ma vie et ce que j'ai appris par l'écriture et la recherche et ici, à Learning Mind, dans l'espoir que cela aide les gens à avoir de l'espoir. Et oui, c'est mon travail, mais c'est plus que ça. Parfois, pour être honnête, ces commentaires rendent ma journée un peu plus lumineuse. Il suffit de regarder! Nous ne sommes pas seuls. Que de gens qui tentent de comprendre les choses ! J'aurais aimé, j'aurais vraiment aimé pouvoir trouver un site comme celui-ci quand j'avais la vingtaine. Je souffrais et j'avais tellement mal et je croyais juste que je n'étais pas bon. Je n'avais aucune idée à quel point j'étais béni, même au milieu de mes nombreuses imperfections. Plus important encore, je n'avais aucune idée à quel point je pouvais être fort jusqu'à ce que je réalise la vérité sur ce que je vivais. Merci beaucoup, encore une fois, de m'avoir lu ! Veuillez partager les commentaires autant que vous le souhaitez.

J'ai l'impression que la vie est terminée même si j'ai 20 ans, j'ai été déçu dans tous les domaines de la vie. Maintenant, je ne suis tout simplement pas intéressé. Rien n'est intéressant. J'ai abandonné. Je ne peux pas me résoudre à croire à l'émerveillement. J'aimerais être plus innocent, plein d'espoir et curieux. J'aimerais pouvoir croire aux merveilles. J'aimerais pouvoir retrouver mon enthousiasme. J'ai l'impression d'être mort à l'intérieur.

Si je vous disais qu'il y avait une solution facile, je mentirais. Vous vous sentez peut-être mort à l'intérieur, à un jeune âge, mais il y a eu de nombreux jeunes adultes qui ont ressenti cela. J'ai ressenti cela plusieurs fois aussi. Mais…..et oui, il y a un mais…

Il y a quelque chose de brillant dans votre vie quelque part. Si vous ne pouvez pas le voir, continuez simplement à chercher. Ces conversations sont difficiles et je suis sûr que vous avez entendu toutes sortes de personnes enthousiastes essayer de vous remonter le moral. Hé, ils ont tous de bonnes intentions, et moi aussi. D'après mes propres ténèbres, j'aurais dû abandonner il y a longtemps, mais je ne l'ai pas fait. J'ai commencé à voir des choses dans le ciel, les arbres et dans le sol chaud sous mes pieds. Tout a commencé à devenir plus grand que moi, comme la plupart des choses. MDR. J'ai eu des enfants, et leur lumière s'est étendue et m'a atteint. J'avais des amis, des amis perdus et j'en ai gagné encore plus.

Mais encore plus que cela, toutes ces petites lumières vives qui me remplissaient de chaleur n'étaient pas ce que j'ai enduré. Cela atteignait un point où j'étais d'accord avec le fait que je n'étais pas d'accord du tout. Mort, divorce, avortement, fausse couche, abandon, abus, négligence, maladie… et puis il y avait encore cette envie et cette passion d'être moi. Lorsque vous ne pouvez plus pousser et que vous pouvez à peine respirer, c'est à ce moment-là que vous poussez un peu plus fort. Lorsque vous vous sentez mort, alors mettez-vous en colère et vivez juste pour malgré la mort. la mort, comme la vie, sera toujours là, mais ce qui est important, c'est que tu sois plus grand que ça. Aucun mot, même pas celui-ci, ne peut atteindre vos ténèbres, mais vous le pouvez. Regardez-le, embrassez-le et utilisez-le pour créer.

Et rappelez-vous, peu importe combien d'innocence vous pensez avoir perdu, il y a plus à l'intérieur. Une chose qui m'a aidé au plus bas de mes points était d'aider quelqu'un d'autre. C'était généralement quelqu'un qui ne pouvait rien faire pour moi en retour, rien que me parler. J'ai toujours semblé en sortir un peu différent et un peu plus optimiste.

Ce poste est juste sur l'argent. Moi aussi, j'ai été émotionnellement négligé quand j'étais enfant et je peux m'identifier à toutes ces choses. Je suis un observateur sérieux des gens et j'essaie constamment de comprendre la psychologie des gens. Après avoir fait cela au cours des 25 dernières années, j'ai l'impression d'avoir une bien meilleure idée de ma propre psychologie et que beaucoup (BEAUCOUP) d'entre nous ont les mêmes problèmes. Nous avons tous créé une sorte de mécanisme d'adaptation en tant qu'enfants pour faire face à la négligence / à la maltraitance et ceux-ci se poursuivent jusqu'à l'âge adulte dans notre subconscient. Une fois que nous sommes en mesure d'identifier qu'il s'agit de modèles de comportement similaires, cela devrait vous rassurer que vous n'êtes pas fou, brisé ou ruiné. Essayez de comprendre que nous avons créé ces mécanismes d'adaptation en tant qu'enfants, et maintenant, en tant qu'adultes, nous devons analyser ces mécanismes à partir de nos nouvelles perspectives plus élevées. J'ai toujours été très sensible aux critiques et ce n'est que ces dernières années que j'ai pu reconnaître qu'il s'agissait souvent de commentaires constructifs et non d'une attaque directe contre toute ma personne. L'amour de soi est un bon point de départ. Reconnaître que nous reproduisons les mêmes vieux schémas encore et encore est la CLÉ pour arrêter le cycle et décider de la façon dont vous voulez vraiment vivre et obtenir ce que vous voulez vraiment de la vie. L'une des meilleures pratiques qui m'a aidé est très simple, mais change le monde. En prière l'année dernière pendant une période très difficile, je n'ai entendu que le mot “love”. À partir de ce moment-là, j'ai commencé à prendre chaque décision, chaque action/réaction basée sur l'amour…. l'amour de moi-même et l'amour des autres. Me demandant constamment : « Ce choix est-il le choix le plus affectueux ? Cette réaction est-elle juste un instinct ou pouvez-vous utiliser l'Amour pour voir cela sous un meilleur angle ? Cela a complètement changé ma façon de discipliner. mes 3 nouveaux beaux-enfants, dont 2 sont handicapés et tous les 3 ont subi un traumatisme important de leur ancienne belle-mère. L'une est autiste, il était extrêmement difficile de comprendre son manque de bon sens et l'objectif à travers lequel elle réagissait au monde qui l'entourait. Je serais tellement en colère et bouleversé. J'étais à bout de souffle! Alors, avant de me laisser aller à la colère ou à une réaction instantanée, j'ai pris quelques respirations et j'ai demandé comment puis-je gérer cela de la manière la plus aimante ? À ce stade, mes 3 filles sont bien meilleures à tous points de vue. Nous sommes devenus une vraie famille en moins d'un an ensemble. Était-ce facile ? SÛREMENT PAS! Mais j'ai appris à me discipliner et à choisir l'amour à chaque carrefour – cela peut peut-être sembler trop simpliste, mais c'est puissant. Cela m'a redonné le contrôle de ma propre vie. J'ai arrêté de laisser certaines des personnes les plus "toxiques" de ma vie me faire du mal en me retirant de ce genre de drame et en leur répondant simplement avec amour. Certaines personnes vont fuir, croyez-moi. Ils sont accros au drame et ils ne savent pas comment gérer la grâce, l'empathie et la bonne volonté. Vous POUVEZ être meilleur. Et vous êtes le seul à pouvoir le faire.

Je t'applaudis, Sherri. Pour faire l'expérience de toute forme de négligence et d'abus, il faut une force et un courage réels pour surmonter. Nous pouvons, cependant, trouver ces outils et tactiques qui nous aident et nous pouvons sûrement devenir plus forts. Je suis momentanément dans un endroit étrange. Je sens l'enveloppe extérieure de mes dégâts se fissurer et tomber. Remarquez, ce sont des petits morceaux, mais je le sens toujours. JE LE SENS! Seule une personne qui a enduré des traumatismes et des épreuves peut comprendre ce que ressent la guérison. Maintenant, je prends parfois du recul, mais maintenant je suis capable de reconnaître exactement ce que j'ai fait et de me relever. Avant, j'étais pris dans une volée de pieds qui me gardaient au sol. Il semblait que je ne pourrais jamais tenir debout. Merci beaucoup pour votre commentaire. I believe this right here, this support and knowledge that I (we) are not alone, is what breaks the stigma and really starts the healing process!

AMAZING post… hard to face reality but 5 or 6 from 7 for me… deep stuff.

My question is… knowing/believing that I was neglected as a child, is there any way to find or discover the concrete situations that caused that?

I can never forgive my parents for installing all that negativity in me and being so arrogant on my face fir feeding me and bringing me up … but i think each one of us has our own destiny … relatiobships and their importance is really over emphasised …. no one dies for no one …

oh my god… i relate to emotional confusion strongly.. i remember my mom was shouting at me and I was feeling scared and i didnt like being told off. suddenly i had this wave of something unusual to me- anger. I attacked her a few times over a period of a month i think and police had to come a few times. to this day, i still dont know why it just happened but all this explains so much. i remember crying to sleep. i remember crying at my childminder.. when she asked why when she found me ( i was hiding and crying quietly ), i didnt know the reason. i remember being confused and sad. thank you for this. im doing cbt for depression and ill ask him about pscyotherpay as someone said it works well for cen


While it might be easy for some people to ask for help, for those who have been through CEN it’s a lot more complicated than it should be. They’ve had to do everything on their own for so long they think that they should be able to get everything done as it should be but that’s just not realistic. We all need help sometimes but for them asking for help is a big setback and really doesn’t feel good.

While we love being there for the people we care about seeing them go through painful things is hard. For those who have been through CEN, it’s uncomfortable to see people upset and expressing themselves because we fail to do this on our own. It really makes us question ourselves and how we express things.


The Face of Childhood Emotional Neglect (CEN)

Self-doubt can be utterly crippling and, what’s more terrifying, parents can easily instill it within their children without even realizing the damage that they are doing. When a parent neglects a child’s emotional needs, whether it is on purpose or by accident, they are damaging that child’s self-esteem. This article details the importance of paying attention to the emotional state of children as well as explaining just how detrimental that neglect can be. The first step to stopping this is being aware and spreading the knowledge and this article builds awareness and helps others understand the nature of neglect.

Do You Need help with a Learning Difficulty?

Our simple online analysis will help you get to the core of the problem and find the right solution for you.

Understanding how to help someone with a learning difficulty starts with understanding which micro-skills are affected. When you learn which of the micro-skills is the problem, you will then be on your way to solving it.

  • Build confidence
  • Enhance Learning ability
  • Eliminate avoidance
  • Build grit

You can get this analysis for free by filling out this simple form. This will help you get to the bottom of a learning difficulty and provide you with a solution. If you are ready to put this problem behind you click the button below and fill out the form.


Discussion

The primary objective of this review was to systematically search and critically synthesize the quantitative literature evaluating the relationship between child EA, EN, and exposure to IPV and eating-related pathology in adulthood. Results reveal a dearth of literature in this area, particularly in relation to the influence of child exposure to IPV on adult eating disorders and eating-disordered behavior. Importantly, the prevalence of EA and EN among individuals with BN, BED and binge eating symptoms appears to be high (21.1% to 66.0%), but the nature and strength of correlation between these forms of child maltreatment and eating-related pathology can be considered inconclusive at best. More specifically, findings from this synthesis indicate that the available evidence has significant methodological weaknesses and precludes the ability to determine whether these forms of child maltreatment are specific versus non-specific risk factors in the etiology of adult eating disorders, eating-disordered behavior and their variations. In addition, the available evidence provides a gendered perspective, with 87% of the included sources having female-dominant samples, although this gendered focus fits with the disproportionate rate of eating and weight-related concerns experienced by the female population [23]. Studies were inconsistent with respect to reporting the proportion of sample participants who identified as an ethnic minority or as living in an immigrant family. This is particularly concerning given that these are two demographic characteristics whereby compared to their non-immigrant and White peers, conflicting information in the antecedents, correlates, prevalence, interventions and outcomes pertaining to child maltreatment [65,66,67] and eating disorders [68,69,70,71,72] has been found. Less than a handful of the studies examined child EA, EN, and exposure to IPV in relation to AN, ARFID, OS-FED, or the behaviors of purging, excessive exercise, laxative, diuretic or steroid use or abuse. These are significant gaps in the literature.

Only one of the included studies [40] situated their work within a theoretical framework [i.e. emotion regulation hypothesis 53, 54], postulating that the development of eating disorders and eating-disordered behavior can be considered a maladaptive coping strategy in response to the experience of EA. The absence of theory in the synthesized literature is particularly compelling given that a number of sources postulated potential mediators (e.g. depressive symptoms) and moderators (e.g. gender, age of child maltreatment onset) of the child maltreatment and eating pathology relationship, thereby implicitly suggesting an explanatory pathway by which these phenomenon are related. Importantly, it is the theoretical framework which delineates the proposed explanatory influence of the variables of interest and therefore gives meaning and understanding to the etiology of the relationships found. Thus, it is difficult to postulate the extent to which any one specific model holds greater utility or explanatory influence than another.

It is possible that a theoretical grounding in the transdiagnostic framework for emotional disorders [e.g. see 73] may be useful for future work investigating and understanding the inter-relationships between various forms of child maltreatment the onset, prevalence and duration of eating disorders and eating-disordered behavior, and other socio-ecological risk and protective factors that have been found to underlie these experiences. As outlined above, child maltreatment is associated with a range of mental health conditions that are often comorbid with eating-related pathology [73], and a few studies in the present review identified potential mediators (such as emotion dysregulation, among others) of the child maltreatment and eating disorder relationship. The transdiagnostic approach takes into account the considerable overlap of various mental health sequelae as well as risk factors (e.g. child maltreatment) for these outcomes, so may be useful in identifying approaches to intervention. Furthermore, increasingly, there is an emphasis on taking an intersectional perspective when investigating health outcomes [74,75,76,77], such that multiple aspects of an individual’s identity are considered within the context of micro and macro influences on health and wellbeing. Irrespective of its form, we would advocate that theory must remain the crux of research endeavours, as it is the platform from which questions of clinical and practical salience are justified and empirically evaluated.

Of note, across this synthesis, assessment of child EA, EN or exposure to IPV did not, in any study, evaluate the extent to which the child maltreatment exposure was characterized by ridicule, degradation, humiliation, shame or neglect in relation to the respondents’ body weight, shape or appearance. Nor did any evaluate whether participants were exposed to these forms of degradation between their caregivers. Previous research has found that exposure to family-based teasing about appearance, weight or shape in childhood or adolescence is associated with eating-disorder pathology in adulthood [78,79,80]. It is possible that abusive remarks or behaviors that centre on weight and/or shape are more strongly associated with eating pathology compared to other types – for example, about intellectual or physical disability, among others.

Another limitation identified within the included studies was the lack of attention to the duration of exposure to abuse in childhood more broadly. Measurement of maltreatment generally referred to the broad time period prior to 18 years of age. It is therefore largely unclear the extent to which child maltreatment during different developmental time periods accounts for the onset, variability, severity and duration of eating-disordered behaviors and eating disorders over the life course. For example, low-severity, chronic maltreatment starting in early childhood could have very different effects compared to a severe, singular experience. It is prudent to consider not only different types of childhood maltreatment in future research, but the chronicity and severity of these experiences as well.

The most appropriate strategy for assessing and identifying child maltreatment and eating-disordered experiences is still under debate. Boyle and colleagues [81] suggest that the use of self-reported questionnaires or checklists can lead to certain benefits compared with the use of semi-structured or structured diagnostic interviews. These benefits include the ability to capture greater variability in the experience or symptoms of the outcome of interest, the ability to dilute potential bias that may be attributable to participant-interviewer interaction, the ability to reduce response burden on behalf of participants and the potential for greater yield in sensitive information that may be more amenable to non-verbal solicitation [81]. There is also the potential for significant cost savings in the use of self-report questionnaires given that structured clinical interviews are typically time consuming and too costly for community-based longitudinal investigations. Unfortunately, the present synthesis precludes our ability to recommend any one specific measure of child EA, EN, or exposure to IPV, or a specific form of assessment. Rather, our goal was to provide descriptive information regarding the measures utilized, as well as to note important considerations for moving the field forward. Of relevance for future epidemiological and clinical research is that only a handful of the included studies provided validity and reliability estimates for their given assessment procedure (i.e. self-report or interview) within their study sample and none of the included studies employing self-report questionnaires evaluated the equivalence of their study measure prior to making cross-group comparisons on their child maltreatment or eating disorder variable.

Adequately powered, representative studies capable of measuring and evaluating the independent and intersecting experiences of various forms of child maltreatment on eating-related pathology are needed. Unfortunately, none of the included sources considered all forms of child maltreatment in their analyses nor did they consider the caregiver characteristics of participants’ child maltreatment experiences. These omissions preclude our ability to make any conclusions in relation to the most salient form of child maltreatment implicated in the etiology of eating disorders they also do not allow us to make any conclusions about caregiver characteristics.

The inconsistent and limited consideration of the role of socioeconomic disadvantage in the reviewed literature further complicates an already unclear understanding about the influence of this variable in independent and intersecting experiences of child maltreatment and eating disorders. While indicators of disadvantage tend to be associated with child EA, EN and exposure to IPV [82, 83], literature also shows that socioeconomic disadvantage tends to be associated with significant psychiatric morbidity and mortality, with eating disorders potentially being an exception to this norm. A review by Mitchison and Hay [84] reports inconsistent findings between socioeconomic disadvantage and eating disorders the authors suggest that its indicators do not appear to have strong associations with eating disorders. Importantly, however, one must consider that few adults with eating disorders seek or receive appropriate treatment for their eating-related concerns [85] and that generally, individuals with psychiatric conditions and socioeconomic disadvantage experience disproportionately lower access to mental health services [86]. Thus it is likely that individuals with socioeconomic disadvantage who have a history of child maltreatment and who are living with eating-disordered pathology are at even greater risk for long-term morbidity and mortality compared to their non-socioeconomically disadvantaged, non-maltreated, peers.

Strengths and limitations

The strengths of this review include the use of systematic searching and citation chaining to identify sources for the synthesis, the use of clear a-priori inclusion and exclusion criteria, and the quality appraisal of studies using an established appraisal system. Our review incorporated search terms and strategies that reflect enhanced understanding about the subtypes of both child maltreatment and eating disorders, however, there is still considerable variability in the use of these terms.

This review focused on English-language studies using quantitative methods and which evaluated the correlation or association between EA, EN, child exposure to IPV and eating disorders and eating-disordered behavior among adults. As such, it does not provide critical commentary on the quality or nature of the relationship between child maltreatment and eating disorders as captured in the qualitative literature. In addition, our review does not comment on the relationship of these experiences among adolescents—a population for whom eating disorders present as a significant concern. Therefore, a similar review amongst this population that focuses on the nature of these experiences (i.e. qualitative perspectives) would complement the findings contained in this review. Finally, our review does not evaluate factors which are predictive of resilience following experiences of child maltreatment or factors which may protect maltreated individuals from developing eating-related concerns.


First, let’s take a painful peek at Emotional Neglect in action, actually happening to a child.

Althea, Age 4

Happily skipping to her mother’s car, Althea gets distracted by the neighbor’s dog Bruno, who she loves, and in whom she takes great delight.

Seeing that her mom is looking for her keys in her purse, she runs over to Bruno and says in a voice she usually uses only for dolls and dogs, “Hi Cutie, what are you gonna do today, huh Boy?” Bruno responds with licks and kisses and love, and Althea is instantly absorbed in the delight of Bruno. But this warm moment is disrupted suddenly by Althea’s mom.

“Althea!” she yells in a frustrated and impatient voice. “What are you doing? I told you it’s time to go! Get in the back seat right now. I’m tired of waiting for your distractions!”

Startled and taken from joy to hurt in the period of 2 seconds, Althea withdraws her hand from the licks and runs rapidly to the car, feeling ashamed.

Strapped into the back seat, she tries to catch a glimpse of her mom’s face in the rear view mirror as they’re driving to see if she’s still angry. All she sees is a blank expression in the reflection, making it impossible to tell.

Althea, Age 11

Althea lies on her bed trying to do her homework but it’s impossible for her to focus. Her brain keeps replaying an incident that happened earlier that day in which her teacher singled her out in science class, calling her a “slow learner” in front of her friends and classmates.

Althea knew she had an A average in the class, and her dream was to become a doctor. She was having a great deal of trouble swallowing the humiliation, disappointment, and unfairness of it all.

Through the walls of her room came the sounds of her father and sister laughing and talking. Everyone else in the world seemed happy and fine to Althea at that moment.

“I don’t understand. What did I do wrong? What should I do? What does this mean?” These questions kept replaying over and over and over in Althea’s head. Deep down she knew there were no answers.

Emotional Neglect is seldom dramatic. Instead, it is usually small and subtle and dwells in everyday events like those we just saw in Althea’s life.

As you can see, Althea is not experiencing abuse or attacks. An outsider would see a typical mom in a hurry in the first scenario, and a typical “moody teen” in the second. But for Althea, there is far more going on.


Current evidence of childhood traumatic experiences in psychosis – focus on gender differences

Carla Comacchio , . Mirella Ruggeri , in Psychiatry Research , 2019

3.5 Psychopathology and childhood emotional abuse

Childhood emotional abuse has found to be a predictor of positive symptoms (β = 0.29 R 2 = 0.09 F (1,93) = 8.99 p = 0.003), depression (β = 0.25 R 2 = 0.062 F (1,93) = 6.15 p = 0.015) and global functioning (β = −0.33 R 2 = 0.11 F (1,93) = 10.98 p = 0.001) in men and of depression in women (β = 0.56 p = 0.001) ( Pruessner et al., 2018 ).


Published by Dr. Prabha Srinivas

Consultation services for Behavioural Development of Employees Organization Development consultant, Cross cultural Trainer, Personal Safety Program Facilitator MA in Applied Psychology, PhD (Organization Behavior), SHRM certificate in HR ( USA), Certified trainer for MBTI, IDI, Social Styles ( USA), Certifications in Life skills Facilitation, Yoga (S Vyasa University), Cognitive Behavior Therapy and Dialectical Behavior therapy I have worked in the HR and Organization Development space for nearly 22 years during which time I have worked at improving organizational and people through Leadership coaching, Cross cultural training, Diversity management, and training in Assertiveness, mentoring, goal setting In India, I had tenures with organizations like Indian Market Research Bureau, Kirloskar AAF, The P and P group and PwC SDC with primary focus being on Organization development and resultant training/coaching. The later part of my career has been in the United States with organization such as Minnesota School of business and Metropolitan council. From 2013-2016 I worked as a trainer with Brookfield International for Cross Cultural competence durin which time I coached senior executives from global companies such as Bosch, Northern trust and Merck on Indian culture. I have conducted training programs for managers on American culture (General motors, Bosch). And published a book on the subject titled “American Culture – Demystified for new Indian Immigrants.” In the last couple of years I have been associated with Enfold Charitable trust in Bangalore India helping them with effectiveness research and streamlining the Volunteer involvement program. I conduct yoga classes on stress management. View all posts by Dr. Prabha Srinivas


Childhood Emotional Neglect (CEN)

What is the consensus on CEN? When I first heard about it, I assumed it was something fairly well-established in the field of Psychology, but now I realize that there are very few Psychologists who actually talk about it or have published books about it (Jonice Webb, Jasmin Lee Cori, and that seems to be it).

Has anyone here ever dealt with this issue in therapy before? Are these experiences maybe described using different language that every Psychologist would know?

The problem I have is that I really strongly relate to the descriptions of CEN, but I don't have any experience of outright abuse, so I like how the term CEN creates a distinction between abuse and neglect, but it's difficult to know how to address these issues if the therapist doesn't know what CEN is, or if CEN is just a made up trendy term for the purpose of selling books and other products.

I am on Jonice Webb's mailing list, and while I find it all fascinating and can relate to everything she says, I am becoming a bit skeptical of this because she claims to have invented the term, and she is really pushing for people to buy her books and her new online recovery program which costs over $1,000 USD. I don't care about the business aspect of it. I just worry that CEN isn't taken seriously in Psychology and maybe I'm wasting my time trying to understand what's wrong with me.

I'm pretty sure it's taken seriously, though I don't know if the CEN label is used. Because childhood abuse and neglect are attachment traumas, the brain treats them similarly and people who've experienced either or both can end up having CPTSD. That's why they get lumped together, because it makes sense from a diagnostic standpoint, but everyone's experiences are unique.

I don't know how the concept is going in the psychological field, but there a few terms I'm more able to say by experience that THEY EXIST haha. You can use your own words for it, "I felt I was invisible for my parents", "my dad was always high and in his office", "I didn't felt like my parents could sooth me or comfort me", "I never felt it was ok or safe to tell my parents about my struggles or feelings". I have no idea how many therapists use or don't the specific ɼNE' term, but I'm pretty sure the vast majority understands the experience and know how it affects one's grow and latter life and relationships (with others and with oneself).

With my T we have never used ɾmotional neglect' as a term, but sure we have worked on this issue and how it's affecting my life now! Because. bien. it's easy to understand, finally, no? "My dad was never there FOR ME even tho he was physically at home" haha.

I think in therapy our experiences and how we understand them and what words we put on them are more important than the psychological verbatim that describes it 'officially'. For instance, my T mirrors my expressions or metaphors. Ie: we rarely say ⟞pression' (she actually never says it), we use my terms on it 'when I'm in the cave' 'when I'm low' 'when I'm just numbing myself with Netflix'. We both know that's called ⟞pression', but then depression looks different for every one of us, MY depression, is the cave. When we refer to when I'm spiraling into a high-energy high-risk anxiety crisis, we go with the "frenetic train", because that's how I described it to her one I was there.

I don't know if every therapist and modality and approach would take CNE seriously, but I expect at least psycho-dynamics, relational, person-centered, trauma-informed, systemic (etc etc etc) therapist normally do. Even if they don't say ɼNE', u know? They still know how formative and important is the experience of child who experienced it, whatever words the client want to put onto it. And if you feel comfortable putting the word ɼNE', you just gotta use that and that's all. Just like you can say 'I felt I was invisible for my parents', you can say 'I was emotionally neglected by my parents'. You use whatever words/expressions/verbatim/metaphors you want to use to explain your experiences and to work through them.


Voir la vidéo: Lenfant devenu adulte: les effets de la négligence émotionnelle (Janvier 2022).