Informations

Qu'est-ce que l'abandon émotionnel ?

Qu'est-ce que l'abandon émotionnel ?

Beaucoup de gens ne se rendent pas compte qu'ils se sentent émotionnellement abandonnés ou qu'ils l'ont fait dans leur enfance. Ils peuvent être mécontents, mais ne peuvent pas mettre le doigt sur ce que c'est. Les gens ont tendance à considérer l'abandon comme quelque chose de physique, comme la négligence. Ils peuvent également ne pas se rendre compte que la perte de proximité physique due à la mort, au divorce et à la maladie est souvent ressentie comme un abandon émotionnel.

Cependant, l'abandon émotionnel n'a rien à voir avec la proximité. Cela peut arriver lorsque l'autre personne est allongée juste à côté de vous - lorsque vous ne pouvez pas vous connecter et que vos besoins émotionnels ne sont pas satisfaits dans la relation.

Besoins émotionnels

Souvent, les gens ne sont pas conscients de leurs besoins émotionnels et sentent simplement que quelque chose manque. Mais les gens ont de nombreux besoins émotionnels dans les relations intimes. Ils comprennent les besoins suivants :

  • Être écouté et compris
  • Être nourri
  • A apprécier
  • Être valorisé
  • Être accepté
  • Pour l'affection
  • Par amour
  • Pour la compagnie

Par conséquent, en cas de conflit élevé, d'abus ou d'infidélité, ces besoins émotionnels ne sont pas satisfaits. Parfois, l'infidélité est un symptôme d'abandon émotionnel dans la relation par un ou les deux partenaires. De plus, si un partenaire est dépendant, l'autre peut se sentir négligé, car la dépendance vient en premier et consomme l'attention du toxicomane, l'empêchant d'être présent.

Causes de l'abandon émotionnel

Pourtant, même dans une relation saine, il y a des périodes, des jours et même des moments d'abandon émotionnel qui peuvent être intentionnels ou inconscients. Ils peuvent être causés par :

  • Refuser intentionnellement la communication ou l'affection
  • Facteurs de stress externes, y compris les exigences parentales
  • Maladie
  • Des horaires de travail conflictuels
  • Manque d'intérêts mutuels et de temps passé ensemble
  • Préoccupation et égocentrisme
  • Manque de communication saine
  • Ressentiment non résolu
  • Peur de l'intimité

Lorsque les couples ne partagent pas d'intérêts communs ou d'horaires de travail et de sommeil, l'un ou les deux peuvent se sentir abandonnés. Vous devez faire un effort supplémentaire pour passer du temps à parler de vos expériences et de vos sentiments intimes les uns avec les autres pour garder la relation fraîche et vivante.

Plus nocifs sont les modèles de communication malsains qui peuvent s'être développés, où l'un ou les deux partenaires ne partagent pas ouvertement, n'écoutent pas avec respect et ne répondent pas avec intérêt à l'autre. Si vous vous sentez ignoré ou que votre partenaire ne comprend pas ou ne se soucie pas de ce que vous communiquez, alors il y a une chance que vous finissiez par arrêter de lui parler. Des murs commencent à se construire et vous vous retrouvez à vivre des vies séparées émotionnellement. Un signe peut être que vous parlez plus à vos amis qu'à votre partenaire ou que vous n'êtes pas intéressé par le sexe ou que vous passez du temps ensemble.

Les ressentiments se développent facilement dans les relations lorsque vos sentiments, en particulier la blessure ou la colère, ne sont pas exprimés. Lorsqu'ils entrent dans la clandestinité, vous pouvez soit vous éloigner émotionnellement, soit repousser votre partenaire avec des critiques ou des commentaires sapants. Si vous avez des attentes que vous ne communiquez pas, mais que vous pensez plutôt que votre partenaire devrait être capable de les deviner ou de les deviner, vous vous exposez à la déception et au ressentiment.

Lorsque vous ou votre partenaire craignez l'intimité, vous pouvez vous éloigner, ériger des murs ou vous repousser. Habituellement, cette peur n'est pas consciente. En counseling, les couples sont capables de parler de leur ambivalence, ce qui leur permet de se rapprocher. Souvent, le comportement d'abandon se produit après une période de proximité ou de sexe. Une personne peut se retirer physiquement ou créer une distance en ne parlant pas ou même en parlant trop. Quoi qu'il en soit, cela peut laisser l'autre personne se sentir seule et abandonnée. Les peurs de l'intimité découlent généralement de l'abandon émotionnel dans l'enfance.

Dans l'enfance

L'abandon émotionnel dans l'enfance peut se produire si la personne qui s'occupe d'elle, généralement la mère, est incapable d'être présente émotionnellement pour son bébé. C'est souvent parce qu'elle reproduit son expérience d'enfance, mais cela peut aussi être dû au stress. Il est important pour le développement émotionnel d'un bébé que la mère s'adapte aux sentiments et aux besoins de son enfant et les reflète. Elle peut être préoccupée, froide ou incapable de comprendre le succès de son enfant ou ses émotions bouleversantes. Il ou elle finit alors par se sentir seul, rejeté ou dégonflé. L'inverse est également vrai - lorsqu'un parent accorde beaucoup d'attention à un enfant, mais n'est pas à l'écoute de ce dont l'enfant a réellement besoin. Les besoins de l'enfant ne sont donc pas satisfaits, ce qui est une forme d'abandon.

L'abandon se produit également plus tard, lorsque les enfants sont critiqués, contrôlés, traités injustement ou reçoivent un message indiquant qu'eux-mêmes ou leur expérience est sans importance ou mauvaise. Les enfants sont vulnérables, et il n'en faut pas beaucoup pour qu'un enfant se sente blessé et « abandonné ». L'abandon peut survenir lorsqu'un parent se confie à son enfant ou s'attend à ce qu'un enfant assume des responsabilités inappropriées pour son âge. À ces moments-là, l'enfant doit supprimer ses sentiments et ses besoins afin de répondre aux besoins de l'adulte.

Quelques incidents d'abandon émotionnel ne nuisent pas au développement sain d'un enfant, mais lorsqu'ils sont fréquents, ils reflètent des déficits chez le parent, qui affectent le sentiment de soi et de sécurité de l'enfant, ce qui entraîne souvent des problèmes d'intimité et de codépendance dans les relations adultes. . Le counseling de couple peut rapprocher les couples pour profiter d'une plus grande proximité, guérir de l'abandon et changer leur comportement.


Qu'est-ce que l'abandon émotionnel, le concept, la signification

Les êtres humains sont confrontés à des sentiments de frustration, tels que la culpabilité, l'anxiété, le rejet, l'abandon, etc. Tous créent un malaise intérieur et dans certains cas l'aide d'un professionnel est nécessaire. Qu'est-ce que l'abandon émotionnel ?

Si un enfant est seul à la maison pendant que ses parents travaillent, ou lorsqu'une femme se rend compte que son mari n'est plus émotionnellement impliqué dans la relation, il est fort possible que cet enfant et la femme éprouvent un sentiment intérieur d'abandon émotionnel. De cet état naissent des sentiments de tristesse, de déception, de déception, d'impuissance, d'angoisse, d'inconfort personnel, etc.

Il est à noter que la présence physique de quelqu'un est compatible avec un sentiment d'absence émotionnelle. Par exemple, un couple vit dans la même maison et l'un d'eux a l'impression que l'autre les a abandonnés.

Ce sentiment se produit lorsqu'il y a une déconnexion interne avec l'autre personne (un enfant sans relation avec le parent ou un ami par rapport à un autre). Lorsque nous attendons une certaine affection d'une autre personne et que cela ne se manifeste pas, la conséquence est un vide intérieur et un sentiment d'abandon. Qu'est-ce que l'abandon émotionnel ?

Les experts en psychologie affirment que le retrait émotionnel produit une série de marques sur l'âme humaine.

Facteurs qui déclenchent un sentiment émotionnel

Les experts en comportement humain considèrent que certaines personnes ont ce sentiment en raison de leur patrimoine génétique ou de leur propre histoire familiale.

Dans les relations amoureuses, le lien affectif d'un couple peut être rompu pour de nombreuses raisons : par la routine de la vie quotidienne car il y a une évolution différente entre les deux ou encore parce qu'une troisième personne apparaît.

Quelques signes qui indiquent un abandon affectif dans un couple

– Il n'y a pas de conflit direct, mais il y a une situation d'apathie et de manque d'intérêt

– Écouter avec peu d'empathie ce que l'autre dit

– Ne pas recevoir de démonstrations d'affection.

Dans l'enfance

Les enfants sont particulièrement vulnérables sur le plan émotionnel. Votre relation avec vos parents est cruciale pour votre équilibre et votre bien-être personnel. En fait, les adultes qui ont été abandonnés émotionnellement dans leur enfance ont des cicatrices à l'intérieur qu'il est difficile de refermer complètement. Qu'est-ce que l'abandon émotionnel ?


"Moi, pas le Seigneur"

Que veut dire Paul par la remarque entre parenthèses "Moi, pas le Seigneur" dans ce passage ? Certains prétendent que c'est juste Paul qui donne son opinion - ce qui est utile - mais pas autoritaire, comme lorsqu'il parle de manière apostolique et avec autorité. En d'autres termes, ils pensent que les conseils et les avertissements de Paul peuvent être divisés en deux catégories :

1. Opinion non contraignante - ce qui est utile - mais ne fait pas autorité en fin de compte.

2. Enseignement apostolique contraignant qui fait autorité.

Si nous gardons le premier point de vue, nous pourrions alors rejeter tout ce que Paul écrit ici sur l'abandon comme non contraignant et sans autorité, c'est juste la parole d'un homme et non la parole de Dieu.

Mais, si nous maintenons que toute Écriture est la parole inspirée et faisant autorité de Dieu, alors une telle distinction ne peut pas être tenu. Alors, qu'est-ce que Paul veut dire avec sa remarque entre parenthèses ? Plutôt que d'ignorer son autorité, Paul fait simplement la distinction entre deux types d'enseignement :

1. Situations qui ont été explicitement évoquées par Jésus dans son ministère terrestre (« non pas moi, mais le Seigneur » – 1 Corinthiens 7 :10).

2. Situations qui n'ont pas été explicitement abordées par Jésus dans son ministère terrestre ("Moi, pas le Seigneur" - 1 Corinthiens 7:12).

En d'autres termes, les deux contextes sont apostoliques, les deux font autorité, les deux sont inspirés mais, dans l'un, Paul ne fait que répéter ce que Jésus avait déjà dit (concernant le mariage en général) et dans l'autre, il aborde un contexte que Jésus n'a jamais explicitement abordé ( croyants mariés à des incroyants, surtout lorsque ces incroyants abandonnent le mariage).

Quand Paul dit : « non pas moi, mais le Seigneur », il ne fait que répéter ce que Jésus a enseigné tel qu'il est rapporté dans les évangiles. Mais lorsqu'il écrit : « Moi, pas le Seigneur », il fait maintenant face à une situation que Jésus n'a pas explicitement abordée. Donc, en disant «Moi, pas le Seigneur», tout ce que Paul dit, c'est que vous ne pouvez pas vous tourner vers Matthieu, Marc, Luc ou Jean pour voir ce que vous devriez faire concernant le mariage avec un conjoint non croyant qu'il est. ne pas en disant "ce n'est que mon opinion". Par conséquent, ce passage est non seulement pertinent, mais aussi obligatoire sur nos vies et nos consciences.

Gardant cela à l'esprit, considérons les raisons du rejet de l'affirmation selon laquelle l'abandon émotionnel ou spirituel constitue un motif biblique de divorce.


Qu'est-ce que l'abandon émotionnel ? (Avec des photos)

Dans un mariage ou un partenariat, lorsqu'un partenaire quitte physiquement l'autre, cela peut être appelé abandon, mais l'abandon émotionnel est légèrement différent. Les partenaires restent ensemble mais l'un d'eux se retire émotionnellement de l'autre. Un partenaire est soudainement indisponible émotionnellement pour l'autre partenaire, créant de la confusion et de la tristesse parce que cette personne est physiquement là, mais ne montre pas d'intérêt ou ne soutient pas son partenaire. Le partenariat s'effondre et il n'y a aucun sentiment de proximité lorsque l'abandon émotionnel se produit. Une telle situation peut être résolue avec des conseils de couple, mais seulement si le partenaire qui abandonne est intéressé à rétablir la proximité et s'est engagé à guérir la relation.

Avant de continuer à discuter de l'abandon émotionnel dans le mariage ou la relation de partenaire, il convient de noter qu'il existe d'autres formes d'abandon émotionnel qui sont encore plus graves et dommageables. Par exemple, les parents peuvent être émotionnellement indisponibles pour leurs enfants sur une base régulière, ou pendant toute la durée de la vie de l'enfant. Cela crée des dommages profonds à l'enfant, qui grandira généralement avec très peu de sens de soi ou d'estime de soi. Un tel abandon peut être partiellement contrecarré si l'autre parent est impliqué et intéressé par l'enfant. Même alors, grandir en sachant qu'une mère ou un père ne s'intéresse pas à l'enfant crée généralement des problèmes psychologiques importants et génère une douleur émotionnelle continuelle.

Dans les relations adultes, l'abandon émotionnel peut être tout aussi douloureux. Le but de former un partenariat est de créer un environnement où deux personnes s'intéressent l'une à l'autre, se soutiennent mutuellement et généralement « là » l'une pour l'autre. Lorsqu'un partenaire se retire de cet environnement et semble soudainement indifférent et sans soutien, cette personne abandonne émotionnellement son partenaire. Pour la personne abandonnée, cela peut être exceptionnellement douloureux. Lorsque la relation de partenariat est dysfonctionnelle et qu'un conjoint n'est plus important pour l'autre, des sentiments de tristesse, de colère et un sentiment général d'abandon apparaissent souvent.

Le conjoint abandonné peut se sentir coupable du manque de proximité et de relation, et parfois de mauvaises relations entre conjoints peuvent conduire l'un à abandonner l'autre. Dans d'autres situations, l'abandon émotionnel n'a rien à voir avec le partenaire. Les problèmes psychologiques d'un conjoint peuvent entraîner une incapacité à maintenir la proximité, ou des problèmes tels que la toxicomanie peuvent détruire un partenariat. Même le stress ou les inquiétudes concernant le travail ou les finances peuvent amener une personne à se retirer et à être incapable de soutenir son partenaire.

En cas d'abandon émotionnel, les couples doivent demander conseil. Si le partenaire qui abandonne refuse d'y aller, il est conseillé à l'autre partenaire de suivre une thérapie individuelle. Évaluer les choix disponibles pour le partenaire émotionnellement abandonné est toujours important, et parfois le partenaire qui ne se connecte pas émotionnellement change d'avis à propos de la consultation. Tous les mariages ou partenariats ne sont pas sauvés par la thérapie, et parfois le partenaire qui est déconnecté refuse de regarder comment une reconnexion émotionnelle pourrait se produire.

Tricia est titulaire d'un diplôme en littérature de l'Université d'État de Sonoma et contribue fréquemment depuis de nombreuses années. Elle est particulièrement passionnée par la lecture et l'écriture, bien que ses autres intérêts incluent la médecine, l'art, le cinéma, l'histoire, la politique, l'éthique et la religion. Tricia vit dans le nord de la Californie et travaille actuellement sur son premier roman.

Tricia est titulaire d'un diplôme en littérature de l'Université d'État de Sonoma et contribue fréquemment depuis de nombreuses années. Elle est particulièrement passionnée par la lecture et l'écriture, bien que ses autres intérêts incluent la médecine, l'art, le cinéma, l'histoire, la politique, l'éthique et la religion. Tricia vit dans le nord de la Californie et travaille actuellement sur son premier roman.


Ce qu'il faut savoir!

  • L'abandon émotionnel (AE) se produit lorsqu'une personne est rejetée ou refusée par une autre personne ou qu'une relation prend fin sans qu'elle veuille y mettre fin
  • L'EA peut également se produire lorsqu'un être cher ou une personne proche est absent ou même décède, laissant de grands sentiments de perte et de solitude
  • L'AE peut être très traumatisante lorsque la personne abandonnée dépend de l'autre pour un soutien émotionnel, financier, médical ou physique
  • Selon Claudia Black, l'abandon des enfants lorsqu'ils développent leur estime de soi est le fondement de la croyance en leur propre insuffisance c'est la cause centrale des sentiments de honte qui deviennent une force motrice dans leur vie d'adulte
  • Les sentiments d'EA peuvent être déclenchés par des affronts intentionnels ou involontaires perçus, le fait d'être devenu ami et de ne pas avoir de SMS ou d'e-mails renvoyés, ainsi que des rejets réels
  • La peur de l'EA peut créer des niveaux élevés d'anxiété et amener les gens à rester dans des relations malsaines et dépendantes juste pour qu'ils ne soient pas rejetés.
  • Les personnes atteintes d'EA s'inquiètent excessivement d'être laissées seules et développent des comportements dysfonctionnels, comme être trop nécessiteux, ce qui finit par aliéner encore plus les autres
  • Les personnes qui ont peur de l'EA sont souvent attirées par des partenaires indisponibles avec lesquels elles ne peuvent pas nouer de relation, jouant ainsi la sécurité et évitant d'être blessées.
  • La peur de l'abandon peut conduire à l'anxiété, la colère, la dépression, la culpabilité, la méfiance, la dépendance, une faible estime de soi, le ressentiment et l'évitement de l'intimité
  • Les symptômes comprennent également un sentiment de dévalorisation, le retrait des activités sociales, l'attachement, l'insécurité, les troubles du sommeil et de l'alimentation et la fatigue générale
  • L'EA est associée à une incapacité à prendre un engagement, à la promiscuité, à des fréquentations compulsives, à la recherche d'attention, à la toxicomanie et à d'autres comportements pathologiques
  • La peur de l'AE affecte autant les hommes que les femmes et elle est très répandue chez les enfants dont les parents sont physiquement présents mais émotionnellement indisponibles
  • Les personnes qui craignent EA restent dans des relations plus longtemps qu'elles ne le devraient, s'inquiètent constamment du fait que leur partenaire les quitte et mettent fin aux relations avant qu'elles ne puissent être rejetées.
  • La psychothérapie peut être très utile pour traiter les personnes atteintes d'EA, car un thérapeute de confiance et de soutien peut aider à changer les émotions liées aux souvenirs d'abandon.

Un regard plus attentif sur les traumatismes émotionnels

Les Association Américaine de Psychologie explique les nombreux impacts qu'un traumatisme peut avoir sur un être humain. Le déni et le choc sont des réponses courantes, d'autant plus que la psyché humaine a du mal à accepter ce qui s'est passé. Les traumatismes émotionnels peuvent en outre avoir des impacts mentaux et même physiques. Il n'est pas rare que des personnes traumatisées souffrent d'un trouble de stress post-traumatique (TSPT), de maux de tête et de difficultés à se connecter avec d'autres personnes qui n'ont pas vécu le même traumatisme.

Lorsque le traumatisme émotionnel n'est pas traité, il peut se répercuter et avoir des effets toxiques de longue durée sur la vie des personnes touchées et de leur entourage. Ce type de traumatisme peut également entraîner des problèmes de santé mentale, ce qui est plus courant que la plupart des gens ne voudraient l'imaginer. Ce qu'il est important de se rappeler, c'est que personne ne peut guérir d'un traumatisme s'il n'est pas disposé à faire face aux événements qui ont déclenché un traumatisme émotionnel. Il est compréhensible de vouloir se libérer des blessures du passé, mais ignorer le traumatisme ne le fera pas disparaître.

Quelles sont les causes des traumatismes émotionnels ?

Dire que nous vivons dans un monde fou serait l'euphémisme du siècle. En raison de la nature du monde d'aujourd'hui, il existe toutes sortes de circonstances qui peuvent amener quelqu'un à subir un traumatisme émotionnel. Tout le monde n'a pas le même niveau de seuil de douleur ou de traumatisme. Se souvenir et comprendre que le traumatisme émotionnel diffère pour chacun est très important.

Malgré la façon dont les traumatismes émotionnels peuvent varier et avoir des impacts divers, il existe encore des causes communes qui inspirent des traumatismes émotionnels. Être conscient de ces causes est nécessaire, car prendre des mesures pour se protéger et éviter une exposition indésirable est toujours utile.

Abandon

L'abandon peut facilement engendrer un traumatisme émotionnel, en particulier si l'individu partageait une relation intime avec la personne qui l'a abandonné. Il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles quelqu'un peut être confronté à l'abandon. La personne qui est partie peut avoir des problèmes personnels toute seule et ne pas avoir de mécanismes d'adaptation sains. Cependant, dans pratiquement tous les cas, les raisons de l'abandon n'effacent pas le traumatisme émotionnel qui tend à s'ensuivre. Ce traumatisme se manifeste sous diverses formes, explique Le Huffington Post, et ce n'est pas une très jolie image.

La soumission constante à des influences négatives (même après l'abandon), la méfiance générale envers les autres et un comportement autodestructeur ne sont que quelques signes d'une personne qui subit un traumatisme. Dans de nombreux cas, lorsqu'une personne subit un abandon, elle commence à se demander pourquoi la personne est partie ou ce qu'elle aurait pu faire pour empêcher l'abandon. Cela peut être un endroit très sombre et déprimant dans lequel tomber, et cela n'aidera personne à se sentir mieux. En fin de compte, chacun est responsable de ses actes. Si quelqu'un décide d'abandonner ceux qui lui sont proches, c'est sa faute, pas la faute de ceux qui ont été laissés pour compte.

À bien des égards, la dépression est une forme de traumatisme émotionnel. Cependant, l'existence de la dépression peut entraîner d'autres traumatismes émotionnels et aggraver la spirale descendante que quelqu'un connaît ou traverse déjà. WebMD explique qu'il y a tellement de facteurs qui peuvent causer la dépression que les traits héréditaires, l'exposition à des environnements négatifs et même d'autres maladies mentales ne sont que quelques exemples. Étant donné que la dépression est une forme de traumatisme émotionnel en soi, il est impératif de la gérer de manière appropriée. Il n'y a pas deux personnes qui souffrent de dépression de la même manière, mais la dépression peut entraîner d'autres traumatismes émotionnels si on la laisse s'envenimer.

La maltraitance peut prendre de nombreuses formes différentes, et c'est l'un des coupables les plus courants de traumatisme émotionnel et de tant d'autres problèmes de santé mentale. L'abus se résume finalement à avoir et à exercer un pouvoir sur un autre être humain. Les individus qui abusent exploitent intrinsèquement le pouvoir qu'ils ont sur leurs victimes. Lorsque cela se produit, la victime est mise dans une position où elle se sent souvent vulnérable, impuissante et ne sait pas comment riposter.

À la suite de l'abus, de nombreuses personnes ont tendance à se demander si elles ont fait quelque chose pour provoquer l'abus ou les mauvais traitements. Il s'agit d'un jeu mental émotionnel et psychologique commun que les agresseurs utilisent souvent contre leurs victimes. Comme indiqué précédemment, chacun est responsable de ses actes. Une victime n'est jamais responsable des actes de son agresseur. Il est important que toute personne qui traverse un traumatisme émotionnel en soit consciente. Quand tout est dit et fait, les gens prennent leurs propres décisions, une personne honnête et honnête n'essaiera pas de blâmer les autres pour leurs actions.

Le regret fait partie de ces choses qui ne sont généralement pas considérées comme une source de traumatisme. Cependant, passer trop de temps à se demander ce qui aurait pu être ou ce que l'on aurait dû faire différemment peut provoquer un traumatisme émotionnel. Parfois, les gens ont des regrets à propos de relations passées, d'opportunités manquées et d'autres choses du passé, qu'ils changeraient s'ils en avaient l'occasion. Une personne qui est incapable d'abandonner ses regrets peut certainement subir un traumatisme, qui peut se répercuter d'autres manières négatives.

En fin de compte, il n'y a pas de refonte dans la vie. Le passé est derrière nous et ne pourra jamais être changé, peu importe à quel point nous le regrettons. Cependant, personne n'est parfait et le passé peut certainement être utilisé comme une expérience d'apprentissage. Les leçons apprises après coup peuvent encore être utiles plus tard. L'une des meilleures façons de traiter sainement les regrets est de prendre note des leçons apprises et de les appliquer à l'avenir, si le besoin s'en fait sentir.

Travailler à travers un traumatisme émotionnel

Le traumatisme émotionnel présente un défi très important, mais cela ne signifie pas qu'il est impossible à traverser ou à surmonter. Le processus de rétablissement peut prendre du temps, et chacun a sa façon de travailler sur des expériences passées, qui ont été bouleversantes ou traumatisantes. Certaines des méthodes suivantes peuvent fonctionner mieux pour certaines personnes que pour d'autres. Cependant, le fait de disposer de moyens éprouvés pour gérer les traumatismes émotionnels peut aider au processus de rétablissement et garantir que les gens peuvent avancer avec succès dans leur vie.

Participez à des mécanismes d'adaptation sains

L'un des meilleurs moyens de vous assurer que vous gérez sainement les traumatismes émotionnels est de considérer vos mécanismes d'adaptation. Ces mécanismes doivent toujours être constructifs et propices à vous, profiter d'une meilleure qualité de vie. Il peut s'agir de faire de l'exercice, de suivre un cours récréatif ou de s'adonner à un nouveau passe-temps artistique. En revanche, vous devez éviter les mécanismes d'adaptation malsains, tels que la consommation de drogues ou d'alcool. La consommation de substances malsaines peut aggraver le traumatisme et exacerber les symptômes associés.

Ne vous précipitez pas

Beaucoup de gens sont amenés à croire qu'ils doivent surmonter les choses rapidement, rapidement et rapidement. En réalité, ce n'est tout simplement pas ainsi que la vie fonctionne. Tout le monde a besoin de son propre temps pour surmonter les blessures du passé et faire face à ce qu'il ressent. Vouloir revenir à la normale est compréhensible, et il n'y a rien de mal à cela. De la même manière, les personnes qui traversent un traumatisme émotionnel doivent également se donner le temps de guérir. Il n'y a pas de précipitation et personne ne devrait tomber dans le piège de se comparer aux autres. Vous ne savez jamais ce que vit une autre personne, quelle est son histoire ou ce qu'elle ne partage tout simplement pas. Lorsqu'un traumatisme émotionnel est impliqué, se concentrer sur soi-même est ce qui compte le plus.

N'ayez pas peur de parler avec un professionnel

Dans de nombreuses situations, de nombreuses personnes se sentent seules et n'ont pas l'impression de pouvoir compter sur les autres lorsqu'elles sont confrontées à un traumatisme. Maintenant, bien que la situation de chaque personne soit différente, parler avec un thérapeute professionnel est une méthode d'adaptation éprouvée qui a aidé tant de personnes. Il est normal d'avoir certaines inquiétudes ou réserves. Beaucoup de gens s'inquiètent de partager des détails intimes sur eux-mêmes avec un étranger, et c'est très bien. Cependant, il est important de se rappeler que les thérapeutes sont là pour vous aider, pas pour porter un jugement.

Thérapie avec BetterHelp

Si vous êtes ouvert à l'idée de travailler avec un thérapeute, vous serez ravi d'apprendre que BetterHelp a des thérapeutes extraordinaires qui seraient plus que ravis de faire votre connaissance. Tout le monde est confronté à des défis dans la vie, mais savoir qu'il y a quelqu'un dans votre coin pour vous soutenir et vous guider est toujours important. Cela ne signifie pas que vous ne serez jamais confronté à des obstacles ou des difficultés. Cependant, lorsque vous avez le bon système de soutien, ces obstacles et ces difficultés peuvent être beaucoup moins intimidants.

Foire aux questions (FAQ)

Il y a un certain nombre de choses qui peuvent causer un traumatisme émotionnel, et des choses qui peuvent causer un traumatisme émotionnel pour une personne peuvent ne pas en causer pour une autre. Cependant, il y a quelques situations et événements qui sont presque garantis pour provoquer une certaine forme de traumatisme ou de trouble de stress post-traumatique. Ceux-ci inclus:

  • Décès d'un membre de la famille proche, d'un amant ou d'un ami
  • Mort d'un animal de compagnie
  • Divorce (en particulier un divorce long ou prolongé)
  • Douleur physique due à un traumatisme (comme un accident de voiture)
  • Problèmes de santé chroniques, maladie ou séjour prolongé à l'hôpital
  • Être impliqué dans la guerre
  • Être impliqué dans une catastrophe naturelle
  • Actes de terrorisme
  • Abandon par un proche ou un aidant
  • Témoin d'un décès
  • Râpé
  • La violence domestique (à la fois en tant que traumatisme de l'enfance ou à l'âge adulte)
  • Prison ou temps de prison

Si vous pensez avoir vécu un événement traumatisant que vous avez du mal à accepter, consultez un médecin et l'aide professionnelle d'un médecin ou d'un thérapeute.

Les trois types de traumatismes sont :

  • Traumatisme aigu : le résultat d'un événement singulier qui est stressant ou dangereux, comme un accident de voiture
  • Traumatisme chronique : le résultat d'une exposition longue et répétée à des événements stressants tels que les traumatismes subis pendant l'enfance ou la violence domestique
  • Traumatisme complexe : le résultat d'événements multiples qui ont causé un traumatisme de différentes manières

Tous les types de traumatismes sont très graves et peuvent affecter une personne pendant une longue période, surtout si elle ne reçoit pas de traitement pour son traumatisme.

Oui. Les symptômes physiques les plus courants des traumatismes sont les maux de tête, les maux d'estomac, la tension musculaire et la fatigue. Ceux-ci peuvent se produire en raison d'un manque de sommeil si vous faites des cauchemars ou des flashbacks. Notre système nerveux est étroitement lié à un certain nombre de nos autres systèmes et à cause de cela, lorsque votre système nerveux réagit de manière excessive, il envoie du cortisol dans notre système.

Ceci est en préparation du réflexe de combat ou de fuite et lorsque cette énergie stockée est utilisée pour l'une ou l'autre de ces réactions, l'énergie dispersée et le cortisol sont ensuite transférés vers d'autres parties de votre corps, ce qui provoque les symptômes physiques.

Après une expérience traumatisante, il est important de ralentir les choses et de prendre soin de votre santé mentale. Certaines des méthodes les plus efficaces pour faire face aux traumatismes émotionnels impliquent la thérapie par la parole, la thérapie cognitivo-comportementale, la rencontre avec d'autres survivants du traumatisme dans des groupes de soutien, le fait de se donner le temps de faire face et de traiter le traumatisme, d'entrer dans une routine et de demander de l'aide et du soutien. d'amis et de proches.

S'il n'est pas traité, le traumatisme psychologique peut se transformer en traumatisme physique et émotionnel qui peut ensuite conduire à des troubles anxieux liés au traumatisme tels que le trouble de stress post-traumatique. Cela peut entraîner des sautes d'humeur, des difficultés de concentration, des difficultés à dormir, des réactions trop émotionnelles et des réactions émotionnelles aux événements quotidiens.

Les traumatismes émotionnels et psychologiques sont des conditions très graves qui peuvent provoquer des symptômes de traumatisme potentiellement mortels s'ils ne sont pas traités correctement.

Oui, les événements traumatisants peuvent avoir un impact sur le cerveau des survivants de traumatismes pendant des années après l'événement traumatisant. Les symptômes émotionnels et psychologiques du traumatisme provoquent un stress important dans les zones du cortex préfrontal, de l'amygdale et de l'hippocampe du cerveau. Ce stress peut les endommager et peut alors affecter le jugement, peut causer des difficultés de concentration, des sautes d'humeur et peut même éventuellement provoquer un changement dans votre personnalité.

Il existe certaines réactions courantes après un traumatisme et chacune continuera pendant un certain temps jusqu'à ce qu'un sentiment de sécurité soit rétabli. Voici les cinq étapes du SSPT :

  • Le stade d'urgence : il s'agit du stade initial du TSPT qui survient immédiatement après des événements traumatisants pendant un certain temps. Au début, votre réponse au combat ou au vol vous semblera constamment à la vitesse supérieure, et vous aurez des réactions intenses à tout.
  • L'étape d'engourdissement : C'est également connu comme l'étape de déni, et sans traitement approprié, certaines personnes peuvent ne jamais dépasser cette étape. Votre esprit essaie de nier les événements qui se sont produits pour minimiser les symptômes de traumatisme émotionnel et psychologique, mais cela ne fait qu'empirer les choses.
  • La phase intrusive/répétitive : C'est souvent la phase la plus difficile et potentiellement dommageable. C'est la phase où vous commencerez à ressentir des souvenirs traumatisants, des flashbacks et des cauchemars. Tous les symptômes de traumatisme émotionnel et psychologique qui ont été repoussés pendant la phase d'engourdissement ressortent pleinement.
  • L'étape de transition : C'est l'étape où la guérison commence à se produire et où vous commencez à passer à votre nouvelle vie après le traumatisme. Les symptômes du traumatisme émotionnel et psychologique commencent à s'estomper et vous recommencerez à profiter de la vie. C'est à ce moment que votre sentiment de sécurité commence à revenir.
  • L'étape d'intégration : C'est à ce moment-là que vous travaillez avec succès sur vos symptômes de traumatisme psychologique et que vous apprenez les mécanismes d'adaptation que vous emporterez avec vous. Vous apprendrez comment faire face à tous les revers que vous avez et bénéficierez d'une thérapie pour avancer dans votre vie.

Bien qu'il n'y ait pas de remède définitif pour le TSPT, il ne dure pas éternellement. Une personne peut récupérer par elle-même, mais c'est un processus beaucoup plus rapide et efficace avec de l'aide. Les options thérapeutiques efficaces comprennent la thérapie par la parole, la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie de groupe de soutien.

Il n'y a pas un événement traumatique unique & la plupart du temps, car le traumatisme affecte tout le monde différemment. Cela dit, certaines des expériences les plus traumatisantes sont la maltraitance des enfants, le viol et l'abandon.

Voir ci-dessus pour savoir si les traumatismes disparaissent jamais.

Certains symptômes de traumatisme psychologique non résolus sont :

  • Difficulté d'attachement et d'engagement
  • Anxiété
  • Dépression
  • Sentiments de faible estime de soi
  • Incapacité à gérer les conflits
  • Sentiments de dévalorisation

Si vous présentez l'un de ces symptômes de traumatisme psychologique, demandez un avis médical et un traitement.

S'il est en théorie possible d'avoir des souvenirs refoulés, en particulier des traumatismes de l'enfance, c'est très improbable. Il est impossible de savoir si vous avez un traumatisme refoulé ou des souvenirs refoulés sans avoir quelque chose qui déclenche ces souvenirs oubliés dans votre cerveau.

Il existe une certaine croyance que les enfants qui subissent un traumatisme pendant l'enfance peuvent dissocier ou réprimer involontairement certains souvenirs jusqu'à ce qu'ils soient beaucoup plus âgés et mieux équipés pour y faire face. Si vous pensez que vous avez peut-être des souvenirs supprimés, parlez-en à votre thérapeute.

Il est important de mentionner qu'un thérapeute ne devrait jamais vous guider à travers des souvenirs refoulés ou vous pourriez vous retrouver avec de faux souvenirs à la place.

Nearly all mental illnesses can be caused by childhood trauma. The most common are anxiety, depression, and OCD.

Some symptoms of emotional trauma are:

  • Shock
  • Denial or disbelief
  • Confusion combined with difficulty concentrating
  • Anger or irritability
  • Les sautes d'humeur
  • Anxiété
  • Guilt, shame, or self-blame
  • Feeling disconnected or numb
  • How long does it take to heal from emotional trauma?

The timeline is different for everybody and for every type of trauma. For example, childhood trauma will take significantly longer to recover from than moving to a new place. Typically, for recent traumatic events you should start to feel better and recover within 3-4 weeks, however, full healing could take months or years.

It is important to not rush yourself in your recovery and to go slowly.

Talk therapy, cognitive behavioral therapy, group therapy, and many other forms of therapy can be very effective at helping you come to terms with your emotions.


The Long-Term Effects of Abandonment

One of the most egregious behaviors a parent or other caregiver can do to a child is to abandon them, allowing them to suffer alone. The damages done to the child when grown are significant and should not be ignored.

In this article, we shall examine together what childhood abandonment is, how it affects adults, and ways to mitigate the power it has over our lives.

What is Abandonment?

All children are entirely dependent upon parents or caregivers for their safety in their environment. When these caretakers fail to offer support and meet the child’s needs, emotionally and physically, they are said to have abandoned their child.

When parents abandon their children, their kids grow up feeling unsafe in the world and feeling people cannot be trusted. These unsafe feelings lead to the child experiencing emotions where they feel they do not deserve positive attention or adequate care.

For many children, abandonment is physical and may include:

  • Lack of supervision
  • Physical or sexual abuse
  • Narcissistic abuse
  • The inappropriate offering of nutrition
  • Inadequate clothes, heat, shelter, or housing

For other children, abandonment takes the form of emotional neglect and abuse when parents do not give to their children emotional conditions and environments that are necessary for their healthy development.

The child is left feeling inadequate, rejected, and damaged, needing to hide themselves away from others knowing who they are on the inside. Abandoned children are left believing it is not okay to make mistakes, that it is not okay to show their genuine emotions, that they should not have needs, and that it is not okay to be successful.

Fear of Abandonment in Adulthood

Because they were neglected and abused as children, many adults grow up having internalized all the messages they received from their parents when they were young. Also, because they craved attention from their abusive parents, many adults grow up fearing losing the love of those they have in their lives.

Fear of abandonment is not a mental illness by itself but rather a form of anxiety that can negatively affect those who experience it. Adults experiencing abandonment issues often experience problems in their relationships because they fear the other person will leave them.

It is vital to recognize the signs of abandonment issues so that these issues may be tackled head-on. Ils comprennent:

  • They fear giving too much in a relationship.
  • They push people away to avoid rejection.
  • They are often people pleasers.
  • They experience codependency.
  • They feel insecure in intimate relationships and friendships.
  • They require repeated reassurances that they are loved.
  • They feel the need to control others.
  • They jump from one relationship to another.
  • They often will sabotage their relationships.

Other symptoms that may challenge a survivor of abandonment’s life include the following:

  • Constant worry
  • Panic or anxiety
  • Fear of being alone
  • Isolation
  • Frequent physical illnesses
  • Faible estime de soi
  • Dépendance
  • Disordered eating
  • Self-harm

Knowing the signs and symptoms can help you fight abandonment issues.

The Long-Term Effects of Abandonment and Neglect

People who have experienced abandonment might be more likely to have long-term mental health disorders, often based on the fear the abandonment will happen again in their adult relationships. Mood swings and anger issues later in life can often be traced to abandonment in infancy due to the lack of emotional and other support from parents.

Some of the mental health conditions thought to be heavily influenced by abandonment include:

  • Anxiété
  • Dépression
  • Codépendance
  • Attachment anxiety
  • Borderline personality disorder

For someone who lacks self-esteem due to childhood abandonment, the fear of being abandoned again becomes a self-fulfilling prophecy as their clinginess, and other negative behaviors tend to push away potential life partners and friends.

Other long-term consequences affect future generations of those who experienced abandonment as a child. A recent study, published in Biological Psychiatry: Cognitive Neuroscience and Neuroimaging found that the offspring of the abandoned and neglected inherit brain abnormalities from their mothers show up as functional dysconnectivity between the amygdala and medial prefrontal regions of their children’s brains shortly after birth.

The Treatments for Childhood Abandonment in Adults

The treatment of abandonment issues focuses mainly on establishing healthy emotional boundaries and building a plethora of new responses when old thought patterns of fear begin to emerge or reemerge.

There are two primary treatments for abandonment that work tightly together to treat abandonment and neglect issues, including the following.

Psychotherapy. While psychotherapy is not for everyone, seeking out a mental health professional’s help can help those who were the victims of childhood abandonment and neglect. They can learn to overcome their fears of being abandoned again. Therapists work with their clients to understand where the fear originates and how it affects their relationships.

Soins auto-administrés. Self-care includes making sure the survivor healthily meets their emotional needs by forming friendships and relationships and allowing themselves to trust.

Should you love someone who has abandonment issues, there are ways you can support them while they heal.

Validate their fears. This means that you should acknowledge their feelings of abandonment without judgment. This move is vital to maintaining open communication. Validating a loved one’s fears doesn’t mean agreeing with them, but instead, supporting their feelings to further build on trust and compassion.

  1. Be present and actively listen to their concerns.
  2. Reflect and summarize your loved one’s feelings verbally and without judgment.
  3. Become a mind-reader, and by listening to what they say help them identify their emotions.
  4. Understand their history so you can openly state that you understand when circumstances trigger their past history of abandonment.
  5. “Normalize” their fears by acknowledging the fact that others with their history have fears of abandonment and that their feelings are understandable.
  6. Use radical genuineness to deeply validate your loved one and share your loved one’s fears as your own.

The treatment of abandonment anxiety can be very successful, but it requires commitment and self-care. Many people with abandonment issues do not see how destructive their behaviors have been to their relationships until it is pointed out to them and they begin to heal.

However, treatment can teach new ways of thinking and coping to end the overarching and debilitating power of abandonment in childhood.

“A friend is someone who knows all about you and still loves you.”

“Being deeply loved by someone gives you strength while loving someone deeply gives you courage.”

Les références

20 signs someone has abandonment issues. (2017, September 8). Retrieved from https://www.aconsciousrethink.com/6064/signs-abandonment-issues

Abandonment & attachment-related trauma treatment & rehab center. (s.d.). Retrieved from http://www.therefuge-ahealingplace.com/ptsd-treatment/abandonment

Hendrix, C. L., Dilks, D. D., McKenna, B. G., Dunlop, A. L., Corwin, E. J., & Brennan, P. A. (2020). Maternal childhood adversity associates with frontalamygdala connectivity in neonates. Biological Psychiatry: Cognitive Neuroscience and Neuroimaging.


Contenu

Individuals who experience feelings of emotional abandonment are likely to also experience maladaptive thoughts ("irrational beliefs") and behaviors such as depressive symptoms and relationship avoidance and/or dependence. This may cause abundant difficulty in daily life with interpersonal relationships and social settings. Feelings of emotional abandonment can stem from numerous situations. According to Makino et al (2004) "Whether one considers a romantic rejection, the dissolution of a friendship, ostracism by a group, estrangement from family members, or merely being ignored or excluded in casual encounters, rejections have myriad emotional, psychological, and interpersonal consequences. People not only react strongly when they perceive that others have rejected them, but a great deal of human behavior is influenced by the desire to avoid rejection" [4] Therefore, our perception of rejection or of being rejected can have a lasting effect on how an individual acts [5] [6] [7] One's perception may impair one's ability to establish and maintain close and meaningful relationships with others. [5] [8] While such maladaptive thoughts and behaviors are sometimes present in the context of certain psychological disorders (e.g., borderline personality disorder, antisocial personality disorder, depression, anxiety disorders), not all individuals who experience feelings of emotional abandonment will meet criteria for such a psychological disorder. These individuals may function within normal limits in spite of the presence of these emotional difficulties [9] [8]

Feelings of emotional abandonment alone are not enough to merit a diagnosis for a psychological disorder. Such feelings should only be considered by a mental health professional in conjunction with all available information and diagnostic criterion prior to drawing conclusions about the state of someone's mental health. [9] When treatment is deemed appropriate by a mental health professional, there are several treatment plans that are helpful in improving maladaptive thoughts and behaviors commonly manifested in those who feel emotionally abandoned. For example, cognitive processing therapy (CPT) is effective in treating depression, anxiety disorders, and PTSD. [10] Emotion focused therapy (EFT) is effective in treating depression. [10] Dialectical behavior therapy (DBT) is effective in treating negative emotionality and impulsive behaviors commonly seen in those diagnosed with borderline personality disorder. [11] [12] Another form of therapy that is suited to this population is acceptance and commitment therapy (ACT). ACT focuses on an individual's avoidance of painful emotions and memories. ACT techniques are designed to cultivate thought processes that are focused on being present in the moment and accepting uncomfortable or painful thoughts and feelings. Reframing maladaptive perceptions of one's thoughts to adaptive perceptions of thoughts and committing to aligning one's behaviors with one's goals and values is fundamental to ACT treatment. [11] Just like the process of arriving at diagnostic conclusions, all modes of therapy and treatment plans should be based on individual presentation and should be evaluated by a mental health professional before beginning treatment.

Separation anxiety, a substrate of emotional abandonment, is recognized as a primary source of human distress and dysfunction. [13] When we experience a threat or disconnect within a primary attachment, it triggers a fear response referred to as separation stress or separation anxiety. [14] Separation stress has been the subject of extensive research in psychological [15] and neurobiological [16] fields, and has been shown to be a universal response to separation in the animal world. [17] When conducting experiments on rat pups, researchers separate the pups from their mothers for a period of time. They then measure their distress vocalizations and stress hormones to determine varying conditions of the separation response. [14] As the rats mature, their subsequent reactive behaviors and stress hormones are reexamined and are shown to bear a striking resemblance to the depression, anxiety, avoidance behaviors, and self defeated posturing displayed by human beings known to have suffered earlier separation traumas. [18]

Owing to the neocortical component of human functioning, when human beings lose a primary relationship, they are slow to grasp its potential repercussions (i.e. they may feel uncertain about the future or fear being unable to climb out of an abyss). There are additional factors that add to these fears such as "Unusual distress about being separated from a person or a pet, excessive worry that another person will be harmed if they leave them alone, heightened fear of being alone, physical symptoms when they know they will be separated from another person soon, excessive worry surrounding being alone, and needing to know where a spouse or loved one is at all times." [19] All the aforementioned factors add an additional layer of separation stress. [20] To abandon is "to withdraw one's support or help from, especially in spite of duty, allegiance, or responsibility desert: abandon a friend in trouble." [21] When the loss is due to the object's voluntary withdrawal, a common response is to feel unworthy of love. This indicates the tendency for people to blame the rejection on themselves. "Am I unworthy of love, destined to grow old and die all alone, bereft of human connection or caring?" Questioning one's desirability as a mate [22] and fearing eternal isolation are among the additional anxieties incurred in abandonment scenarios. [23] The concurrence of self devaluation and primal fear distinguish abandonment grief from most other types of bereavement. [24]

The depression of abandonment grief creates a sustained type of stress that constitutes an emotional trauma which can be severe enough to leave an emotional imprint on individuals' psychobiological functioning, affecting future choices and responses to rejection, loss, or disconnection. [25] A contributing factor to the trauma-producing event is that 'being left' triggers primal separation fear, also referred to as primal abandonment fear – the fear of being left with no one to take care of one's vital needs. People's first anxiety is a response to separation from mother. [26] This sensation is stored in the amygdala – a structure set deep into the brain's emotional memory system responsible for conditioning the fight/freeze/flight response to fear. [27] Primal fear may have been initiated by birth trauma and even have some prenatal antecedents. [28] The emotional memory system is fairly intact at or before birth and lays down traces of the sensations and feelings of the infant's separation experiences. [29] These primitive feelings are reawakened by later events, especially those reminiscent of unwanted or abrupt separations from a source of sustenance. [30]

In adulthood, being left arouses primal fear along with other primitive sensations which contribute to feelings of terror and outright panic. Infantile needs and urgencies re-emerge and can precipitate a symbiotic regression in which individuals feel, at least momentarily, unable to survive without the lost object. [22] People may also experience the intense stress of helplessness. [31] When they make repeated attempts to compel their loved one to return and are unsuccessful, they feel helpless and inadequate to the task. This helplessness causes people to feel possessed of what Michael Balint calls “a limited capacity to perform the work of conquest – the work necessary to transform an indifferent object into a participating partner.” According to Balint, feeling one's ‘limited capacity’ is traumatic in that it produces a fault line in the psyche which renders the person vulnerable to heightened emotional responses within primary relationships. [32]

Another factor contributing to the traumatic conditions is the stress of losing one's background object. A background object is someone on whom individuals have come to rely in ways they did not realize until the object is no longer present. [33] For instance, the relationship served as a mutual regulatory system. Multiple psychobiological systems helped to maintain individuals’ equilibrium. [34] As members of a couple, they became external regulators for one another. They were attuned on many levels: their pupils dilated in synchrony, they echoed one another's speech patterns, movements, and even cardiac and EEG rhythms. [35] As a couple, they functioned like a mutual bio-feedback system, stimulating and modulating each other's bio rhythms, responding to one another's pheromones, [36] and addicting to the steady trickle of endogenous opiates induced by the relationship. [37] When the relationship ends, the many processes it helped to regulate go into disarray. [34] As the emotional and bio-physiological effects mount, the stressful process is heightened by the knowledge that it was not the person, but their loved one who chose to withdraw from the bond. [22] This knowledge may cause people to interpret their intense emotional responses to the disconnection as evidence of their putative weakness and ‘limited capacity to perform the work of conquest’. [32]

Post-traumatic stress disorder Edit

Some people who experience the traumatic stress of abandonment go on to develop post traumatic symptoms. [38] Post-traumatic symptoms associated with abandonment include a sequela of heightened emotional reactions (ranging from mild to severe) and habituated defense mechanisms (many of which have become maladaptive) to perceived threats or disruptions to one's sense of self or to one's connections. [39] Such symptoms are all very common, regardless of how traumatic the event. They include "recurrent intrusive memories, traumatic nightmares, and flashbacks. Avoiding trauma-related thoughts and feelings and/or objects, people, or places associated with the trauma. Distorted beliefs about oneself or the world, persistent shame or guilt, emotional numbing, feelings of alienation, inability to recall key details of the trauma, etc." These symptoms all stem from devastating events that can have lasting effects on the brain through adulthood. [40]

There are various predisposing psycho-biological and environmental factors that go into determining whether one's earlier emotional trauma might lead to the development of a true clinical picture of post-traumatic stress disorder. [25] One factor has to do with variation in certain brain structures. According to Jerome Kagan, some people are born with a locus coeruleus that tends to produce higher concentrations of norepinephrine, a brain chemical involved in arousal of the body's self-defense response. [41] This would lower their threshold for becoming aroused and make them more likely to become anxious when they encounter stresses in life that are reminiscent of childhood separations and fears, hence making them more prone to becoming post-traumatic.

Borderline personality disorder Edit

The most distinguishing symptoms of borderline personality disorder (BPD) are marked sensitivity to rejection or criticism, and intense fear of possible abandonment. [42] Overall, the features of BPD include unusually intense sensitivity in relationships with others, difficulty regulating emotions, issues with self-image and impulsivity. [42] Fear of abandonment may lead to overlapping dating relationships as a new relationship is developed to protect against abandonment in the existing relationship. Other symptoms may include feeling unsure of one's personal identity, morals, and values having paranoid thoughts when feeling stressed depersonalization and, in moderate to severe cases, stress-induced breaks with reality or psychotic episodes.

Autophobia Edit

Autophobia is the specific phobia of isolation a morbid fear of being egotistical, or a dread of being alone or isolated. [43] Sufferers need not be physically alone, but just to believe that they are being ignored or unloved.


Fear of Abandonment: The Lasting Effects of Trauma

Katie is having trouble letting her 14-year-old son do things on his own, like riding his bicycle to school with friends, spending the night at a buddy’s house, or walking home from soccer practice. She knows she should start trusting him to be on his own so he can develop into an independent young man, but she just can’t seem to let go. Katie’s mother wasn’t there for her emotionally growing up. And her two older brothers received all of her mother’s attention, getting special treatment and affection while Katie was left to fend for herself, forcing her to grow up quickly and alone. Katie struggled with her fears of abandonment, and it’s evident in the way she overprotects her son.

Abandonment issues can stem from many root causes although they usually follow a traumatic event from childhood. Loss of a parent, divorce, and inadequate physical or emotional care can all create worries about being left. These strong feelings can remain into adulthood, and affect our relationships with those closest to us.

Death and Divorce

The loss of a parent, especially early in life, can make children anxious and fearful about being left alone. They may not understand that the remaining parent is returning after a long work trip or a day at the office, and see that as abandonment. Children are hard-wired to attach to their caretakers, and when those caretakers are gone, confusion and hurt set in. We learn how to develop personal relationships by modeling the adults present in our early years, and if those important influences are gone, the ability to create important relationships can be stunted.

Divorce can create similar feelings. Natalie’s mom and dad were always there for her during the first six years of her life, but now she lives with her mom full time. Her parents divorced and her dad has a new family, one with three little kids. Natalie sees her father one weekend a month, but it’s a far cry from what she’s used to. When Natalie is with her father, his attention is divided and Natalie feels lonely. She doesn’t understand why her dad isn’t around as much and she worries that she might have done something to cause her parents split.

Even if a child has both parents present growing up, having a roof overhead and food on the table is not enough. If parents do not give the child’s emotional needs a high priority it can be just as devastating as losing a parent. Being neglected physically can be harmful as well. Parents have a responsibility to care for the physical and emotional needs of their children, and if those needs are not met the children may feel as if they aren’t worth being cared for.

In adults, an unwanted separation or divorce can cause feelings of abandonment. The spouse who is left behind often feels unworthy of love, not completely comprehending why the marriage is over. Even the death of a loved one can feel like abandonment to the person left behind.

Psychological Effects of Abandonment

Low self-esteem, feelings of unworthiness, striving for perfection, and avoiding conflict can all be the result of abandonment issues. Children who grew up in less than ideal households may feel unlovable and sabotage meaningful adult relationships by pushing people away. Others may fear conflict so intensely that they will avoid confrontation at all times, sidestepping important conversations to feel more comfortable or agreeing to do things they may not want to. Fear of abandonment may also cause adults to strive for perfection in relationships, something that is certainly achievable and causes feelings of inadequacy and failure.

For those with children, their parenting may be affected by their abandonment fears. They may have problems letting go or trusting their children to do things on their own. They may try to prevent children from experiencing pain by trying to control every minute detail of their lives.

How to Help

Abandonment issues, while extremely common, can be dealt with. Be aware of your feelings and remind yourself that your childhood should not control how you live, love, or raise your children.

Here are some things to keep in mind:

  • Give your self-esteem a boost by writing down positive things about yourself.
  • Make time to grieve. It is the first step to moving on.
  • Recognize your negative or toxic emotions, such as guilt and anger, and confront them by looking for the more vulnerable emotions underneath the surface, such as sadness and worry.
  • Ask friends and family to help you come up with more appropriate coping skills and be there to support you on the rough days.

The long-term emotional affects of abandonment are strong and the hurt is deep. If your past is haunting your present, and you feel that professional advice would help, please feel free to contact me.


Breaking the Cycle

Reversing this trend is possible. It requires either the good fortune to be in a loving relationship, or more often, therapy is required to heal the wounds of childhood. Much of this is done through the relationship with a trusted, empathic therapist over time. It also entails an examination of the past and both feeling and understanding the impact of the parenting we received. Goals include not only accepting the past, which doesn’t necessarily mean approving it, but more importantly separating out our self-concept from the actions of our parents. See Conquering Shame and Codependency: 8 Steps to Freeing the True You.

Feeling worthy of love is essential to attracting and maintaining it. In the same way that we might shun a compliment we don’t feel we deserve, we will not be interested and able to sustain a relationship with someone who is generous in loving us. Feeling unworthy originated in our early relationship with our parents. Many people have no negative feelings toward their parents and may in fact have a close and loving adult relationship with them. However, it’s not enough that we forgive our parents. Healing includes rehabilitating the beliefs and inner voices of our parents that live in our minds and run our lives. 10 Steps to Self-Esteem and Conquering Shame provide steps to do this.

Finally, breaking the cycle means being a good parent to ourselves – loving ourselves in all ways. See my blogs about self-love and my Youtube self-love exercise. If this last step isn’t included, we will still be looking outside ourselves to someone else to make us happy. Although a good relationship can improve our sense of well-being, there are always times when partners need space or are needy and unavailable. Being able to care for ourselves allows us to hold the space for our partner and to take care of ourselves. Whether or not in a relationship, that’s the ultimate remedy against spiraling into an abandonment depression.