Informations

10 façons de gérer les personnes malsaines et toxiques

10 façons de gérer les personnes malsaines et toxiques

Comment sauriez-vous qu'une personne est toxique ?

Sauriez-vous qu'une personne est toxique tout de suite ?

Le mot toxique est un mot très courant dans la société d'aujourd'hui. C'est encore plus populaire en ligne où vous pouvez trouver des millions d'articles sur les relations et les moyens d'y survivre.

Malheureusement, malgré de fréquentes recherches en ligne sur ce sujet, il est facile de lutter pour identifier les comportements d'une personne toxique jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

Cet article fournira quelques suggestions sur la façon de traiter ces types de personnalités.

UNEpersonne toxiqueest quelqu'un qui infecte (comme une maladie) vos pensées, émotions, sentiments et comportements d'une manière qui n'est pas bonne. Ils peuvent vous envier, ils peuvent essayer de vous limiter ou de vous miner, ou ils peuvent simplement ignorer tout type de progrès que vous faites.

Une personne toxique peut être toute personne que vous rencontrez dans la vie quotidienne, avec qui vous vivez, travaillez ou voyez de temps en temps. Ce qui est triste avec la plupart des personnes toxiques, c'est qu'elles ne se voient pas toujours ou ne voient pas leur propre toxicité. En conséquence, lorsque vous vous éloignez, ils finissent par être choqués et parfois confus.

Dans l'article de la semaine dernière, nous avons discuté des limites malsaines comme étant le signe d'une personne ayant des traits de personnalité toxiques. Les limites malsaines sont souvent très courantes chez ceux qui présentent des comportements toxiques. Je parle un peu plus de ce genre d'individus dans la vidéo ci-dessous :

Les caractéristiques toxiques peuvent inclure, sans s'y limiter :

  • jalousie ou envie
  • contrôle et manipulation
  • peur et anxiété
  • émotions et comportements flip-floppy
  • évitement et déni
  • abus physique, sexuel ou psychologique/émotionnel
  • triangulation (inclut généralement plus de deux personnes et est utilisée pour confondre toutes les personnes impliquées)

Malheureusement, beaucoup d'entre nous peuvent devenir victimes d'une relation toxique. Nous devons savoir quand en dire assez et passer à autre chose. C'est certainement plus facile à dire qu'à faire, c'est pourquoi je suggère souvent d'explorer vos valeurs, de vous tourner vers votre foi ou votre ancrage, de vous appuyer sur des personnes qui vous connaissent vraiment et en qui vous avez confiance, et/ou de rechercher une thérapie pour avoir une autre perspective.

Parfois, la seule chose que nous pouvons faire est de gérer le comportement. Voici quelques façons de gérer une relation toxique :

  1. Observation du MO (Modus Operandi) :Prenez le temps d'examiner le fonctionnement des personnes toxiques et de remettre en question leurs motivations. Tout le monde n'est pas là pour vous avoir, vous utiliser ou vous manipuler. Mais certains le sont. Examinez comment ces personnes s'affirment envers vous, ce que vous ressentez lorsqu'elles sont autour de vous et demandez-vous ce qu'elles pourraient éventuellement attendre de vous. C'est une triste façon d'exister, mais certaines personnes ne vous aiment que parce que vous pouvez leur offrir quelque chose.
  2. Planifier l'attaque :Les personnes toxiques ne sont pas seulement une douleur. Ils peuvent être dangereux. Par dangereux, j'entends manipulateur, contrôlant, abusif et humiliant. Certaines personnes toxiques ont l'habitude de voler, de mentir, de tricher, d'escroquer, d'utiliser le charme pour réussir ou d'utiliser les autres. Une fois que vous avez identifié les tactiques, les pensées et les comportements inappropriés de la personne, déterminez comment vous devez réagir, faire face ou dire au revoir.
  3. Re-routage de vos attentes et objectifs :Les personnes toxiques vous entraînent littéralement dans une relation quelconque avec elles. Ils voudront peut-être devenir votre conjoint, votre meilleur ami ou votre partenaire de travail. Vous devez être en mesure de déterminer (en fonction de ce que vous savez d'eux et de ce que vous ressentez en leur compagnie) si vous devez réorienter vos objectifs et vos attentes. Vous ne voudriez pas vous fixer des objectifs à long terme ou vous attendre à de grandes choses de quelqu'un qui veut simplement vous utiliser. Si la personne se soucie vraiment de vous ou vous aime et vous respecte, vous le saurez. Sinon, vous le saurez aussi.
  4. Éviter le filtrage mental :Le filtrage mental est ce que les professionnels de la santé mentale appellent distorsions cognitives ou des erreurs de pensée. C'est une façon faussée que nous voyons la réalité basée sur l'émotion, des façons incorrectes de penser les choses ou des perceptions faussées. Le filtrage mental consiste à ignorer les autres aspects de quelque chose et à ne sélectionner qu'un seul détail. Si vous vous retrouvez à repérer les aspects positifs de la personne et à ignorer TOUT le mal, arrêtez. Ça ne va pas t'aider. C'est dur mais ça vaut le coup.
  5. Considérant votre santé mentale et émotionnelle :Si la personne vous fait vous sentir déprimé, gêné, stupide ou toute autre émotion négative, passez à autre chose. Certaines personnes, malgré votre gentillesse, ont un comportement arrogant et détaché qui peut offenser les autres et les faire se sentir moins valorisés.
  6. Considérant ceux que vous aimez et leurs besoins :Si la personne toxique ne semble pas bien se mélanger avec ceux que vous aimez ou fait ressentir à ceux que vous aimez des vibrations négatives, vous voudrez peut-être vous demander pourquoi. Parfois, les personnes les plus proches de nous peuvent résoudre les problèmes beaucoup plus rapidement que nous.
  7. Recherche de thérapie :Certaines personnes toxiques, surtout si elles sont dans votre vie depuis longtemps, peuvent presque tout gâcher. Certaines personnes viennent en thérapie dans le simple but de reprendre leur vie en main après s'être libérées d'un conjoint, d'un parent, d'un partenaire de travail ou d'un ami toxique. Si vous sentez que votre relation avec la personne toxique vous pèse lourdement, vous pourriez bénéficier d'une thérapie pour vous aider à déterminer ce qu'il faut faire.
  8. Abandon du schéma yo-yo :Les personnes toxiques sont souvent des personnes problématiques ayant des problèmes de comportement et de santé mentale. Une personne toxique peut être si malsaine que vous commencez à vous sentir menacée ou confuse. Lorsque cela se produit, prévoyez de dire au revoir, de vous échapper ou de passer à autre chose. Un modèle de yo-yo peut inclure la personne qui vous fait vous sentir aimé un moment et miné le suivant, respecté pendant quelques semaines et irrespectueux pendant les autres semaines, loué un moment et humilié le suivant. Ce n'est pas vous, c'est eux.
  9. Être déterminé à sortir/aller de l'avant :Une relation malsaine de quelque nature que ce soit est dangereuse pour votre estime de soi. Les relations malsaines n'ont souvent pas de limites claires, peu ou pas de respect, pas d'objectifs ou d'aspirations positifs, des modèles de communication immatures et peu ou pas de caractéristiques positives. Sortir ou partir peut être très difficile. Vous pourriez même commencer à manquer la personne une fois qu'elle est partie. Mais vous devrez trouver comment explorer et résoudre ce problème si la relation ne vaut pas la frustration que vous devez tolérer.
  10. Le comprendre, c'est plus que l'amour / l'attachement / l'habitude / le dévouement :Les relations toxiques peuvent ressembler à un pouvoir sur vous et ce pouvoir ne doit pas toujours être l'amour, l'attachement ou la loyauté. Certaines personnes considèrent ce pouvoir comme un contrôle, un abus ou une manipulation. Dans d'autres cas, certaines personnes appellent ce pouvoir un esprit, un péché ou un pouvoir maléfique qui rend difficile la progression. Tant de mes anciens clients prétendent qu'ils ont été « pris en otage » dans leurs relations abusives.

Quelle a été votre expérience avec les personnes toxiques ? Comme toujours, j'attends vos avis avec impatience.

Tous mes vœux

Cet article a été initialement publié le 29/09/2017, mais a été mis à jour pour refléter l'exhaustivité et l'exactitude.
Photo de Shreveport-Bossier : l'autre côté de la Louisiane

Une mauvaise habitude est un modèle de comportement négatif qui non seulement affecte négativement notre santé, mais endommage également notre carrière, notre richesse et même nos relations. Il s'agit d'un comportement déterminé qui est causé par un manque de maîtrise de soi et qui nuit à notre bien-être. De mauvaises habitudes comme fumer, boire, procrastination, frénésie alimentaire et autres peuvent briser notre paix mentale et notre bonheur et noyer nos vies avec un stress et une anxiété excessifs.

Une mauvaise habitude peut nuire à votre bonheur, votre santé et vos relations sociales», explique Susan Krauss Whitbourne, Ph.D., auteure et professeure émérite de sciences psychologiques et cérébrales à l'Université du Massachusetts à Amherst.


AUTO-ARCHÉOLOGIE

Récemment, j'ai posté une photo sur la page Facebook de Self-Archeology qui dit ce qui suit : "Les narcissiques ont littéralement deux visages - leur vrai visage et leur visage de scène. Et aucun ne se ressemble. Lequel vous verrez dépendra de combien de temps vous les connaissez. Les narcissiques peuvent être très charmants et savent comment gagner les faveurs. Quiconque ne connaît pas bien un narcissique vous dira que le narcissique est l'une des personnes les plus formidables qu'ils aient jamais rencontrées ! Ils croient que c'est l'un des les personnes les plus intelligentes, les plus gentilles, les plus intéressantes, les plus drôles, les plus agréables, les plus attirantes, les plus talentueuses ou les plus accomplies. , collègues de longue date, etc.) vous diront que le narcissique est l'une des personnes les plus horriblement frustrantes et toxiques qu'ils connaissent, et la simple mention de leur nom les met mal à l'aise, en colère, frustrés ou autrement malheureux. qui fait l'expérience du vrai visage d'un narcissique, alors que tous les autres membres de la famille ou collègues ne peuvent encore voir que le visage de scène du narcissique est un endroit très solitaire, douloureux et frustrant. Heureusement, le nombre de personnes qui peuvent voir à travers la façade a tendance à augmenter avec le temps."

À l'exception d'une utilisation incorrecte du mot «littéralement», c'est une description juste de quelqu'un qui a des traits de caractère narcissiques. Parfois, les gens me demandent et je me demande pourquoi il est si difficile pour tant de gens d'identifier la toxicité. Le sujet d'aujourd'hui est donc la difficulté d'identifier les personnes toxiques, malsaines, dangereuses.

Le narcissisme, la psychopathie, la sociopathie, comme vous voulez l'appeler, font partie d'un spectre, comme tout autre problème psycho-émotionnel. La plupart des personnes en mauvaise santé ne s'intègrent pas nécessairement à l'extrême. La plupart des personnes toxiques ne sont pas des tueurs psychopathes de sang-froid ou des violeurs en série. De plus, même ceux qui sont souvent plus fous sont très intelligents et bien adaptés. Si vous avez étudié, par exemple, la psychologie des tueurs en série, vous saurez que ces gens ne sont pas des rednecks idiots avec une tronçonneuse massacrant négligemment des gens dans leur cabane et les accrochant à des crochets à viande comme cela est décrit dans les films d'horreur. Ils peuvent avoir une famille avec des enfants, un travail respectable, des amis, des habitudes saines, une personnalité sociale sympathique, voire des adeptes. Les personnes ayant des tendances narcissiques/sociopathiques/psychopathiques ont appris, entre autres, à identifier les règles sociales, les récompenses et les punitions, et à s'y adapter afin d'être protégées, respectées et même soutenues. Ils sont souvent perçus par les autres comme normaux ou meilleurs que les plus (plus réussis, plus attrayants, plus populaires, plus riches, plus respectables, plus charitables, plus attentionnés, plus éloquents, plus courageux, plus vertueux).

Étant donné que bon nombre des caractéristiques que présentent les personnes hautement toxiques ressemblent étroitement à celles d'une personne vraiment en meilleure santé, il peut être extrêmement difficile de l'identifier comme telle. Il existe un mythe courant selon lequel seules les personnes inintelligentes ne parviennent pas à reconnaître les personnes hautement toxiques, que seules les personnes stupides entrent en relation avec elles ou sont blessées par elles, que seuls les plus crédules, stupides ou pervers rejoignent des sectes ou donnent leur argent et d'autres ressources aux personnes et organisations manipulatrices. L'étude de la psychologie sociale, de la dynamique de groupe, de la psychologie de phénomènes plus extrêmes (comme la psychologie des cultes, la psychologie de la guerre ou la traite des êtres humains) et l'analyse de mes propres expériences et observations m'ont amené à croire qu'il existe un grand nombre de personnes avec un QI élevé. et une éducation relativement appropriée qui font exactement cela. Il existe d'autres facteurs psycho-émotionnels et expérientiels qui sont ici beaucoup plus importants que l'intelligence.

J'ai vu, entendu parler et rencontré de nombreuses personnes ordinaires apparemment ordinaires qui correspondent à un degré ou à un autre à la description d'un narcissique/sociopathe/prédateur/manipulateur. J'ai interagi avec et observé de nombreux prestataires de soins de santé mentale, aides, éducateurs et célébrités avec de nombreux adeptes qui correspondent à un degré ou à un autre. J'ai également vu des personnes qui ne sont pas narcissiques être appelées narcissiques par de vrais narcissiques ou les partisans et les facilitateurs d'un narcissique. J'ai interagi et observé de nombreuses personnes qui suivent, sont impliquées, idéalisent ces personnes « merveilleuses », « étonnantes » (telles qu'elles les voient) et intériorisent elles-mêmes, consciemment ou inconsciemment, leurs caractéristiques et comportements toxiques. Certains finissent par s'en sortir ou se rendent compte que quelque chose ne va pas, mais souvent ils ne peuvent pas mettre le doigt sur ce que c'est exactement ou le verbaliser pour eux-mêmes d'une manière suffisamment solide. En raison de la confusion et de la dépendance, certains régressent plus tard dans des relations malsaines. D'autres trouvent parfois quelque chose qui ne va pas en surface et l'utilisent comme raison pour se distancer d'eux, omettant d'identifier les problèmes les plus importants, donc incapables d'en tirer des leçons, donc de le reproduire dans d'autres relations.

Tant de gens ont des difficultés à identifier les caractéristiques saines par rapport aux caractéristiques malsaines ou fausses, la dynamique relationnelle et les comportements parce que ces derniers imite les premiers, et pour une personne moins résolue ou passionnée, il peut être difficile de lire la personne avec précision. Ils ne voient pas ou n'ont pas tendance à ignorer les signaux d'alarme, acceptent les comportements toxiques, prédateurs, habilitants ou manipulateurs comme sains, et sont facilement séduits par la personnalité de la personne. De plus, les personnes qui manquent d'identité et qui ont de faibles limites sont amenées à vivre par procuration à travers les autres et à trouver une figure d'autorité sur laquelle elles peuvent projeter leurs parents. Ajoutez un sens de la communauté au mélange et vous aurez une mentalité de troupeau et une pression sociale. Tout cela alimente la dépendance au lieu de cultiver la croissance.

En repensant à ma vie, j'ai eu de nombreux problèmes d'incapacité à reconnaître moi-même certaines toxicités chez les gens il y a des années. Même si la situation était meilleure que celle de beaucoup de personnes que j'ai observées à l'époque, c'est loin d'être quelque chose que j'appellerais une bonne santé avec le recul. J'étais confus, peu sûr de moi et assez seul avec mes doutes et mes idées concernant les autres et moi-même. Je manquais d'individualité, d'autosuffisance et de confiance dans mes observations correctes. J'avais besoin de validation, j'étais donc susceptible aux autres de créer plus de doute en moi en m'invalidant ou en renforçant mes doutes au lieu de reconnaître ma perspicacité et mes blessures.

Alors que maintenant, après avoir beaucoup travaillé sur moi-même, il est à la fois simple et joyeux de lire les gens relativement rapidement et assez précisément, de ne pas se sentir pressé par les autres, de ne pas se sentir confus quand je suis le seul à voir quelque chose que tout le monde autour de moi ne voit pas, ne pas se sentir chroniquement seul et rechercher l'approbation et la validation externe, ne pas chercher désespérément une figure parentale de substitution pour me sauver ou me punir, ne pas être terrifié lorsque d'autres essaient d'invalider mes expériences ou de nier ma perspicacité, rester fidèle à moi-même, et pour aider les autres à apprendre à faire de même.

Soutenez mon travail en devenant Abonné Patreon pour 5 $/mois ou plus et accédez à des articles bonus. Et regarde mon livre Développement humain et traumatisme : comment l'enfance nous façonne pour devenir ce que nous sommes en tant qu'adultes. Merci!


Comment gérer un employé toxique

Il y a cette personne dans votre équipe - la pomme pourrie qui n'a rien de positif à dire, agace les autres membres de l'équipe et rend la vie professionnelle misérable. Si vous ne pouvez pas le renvoyer, comment réagissez-vous à son comportement ? Quels retours donnez-vous ? Comment atténuer les dégâts qu'il inflige ?

Ce que disent les experts
Il y a une différence entre un employé difficile et un employé toxique, explique Dylan Minor, professeur adjoint à la Kellogg School of Management qui étudie ce sujet. «Je les appelle toxiques parce que non seulement ils causent du tort, mais ils transmettent également leur comportement aux autres», explique-t-elle. "Il y a un schéma de désexcitation, de frustration ou de rabaissement des coéquipiers", ajoute Christine Porath, professeur agrégé à Georgetown et auteur de Maîtriser la civilité : un manifeste pour le lieu de travail. "Ce n'est pas seulement que Joe est impoli. Toute l'équipe en souffre. Bien sûr, votre première étape en tant que manager devrait être d'éviter d'embaucher des personnes toxiques en premier lieu, mais une fois qu'elles sont dans votre équipe, il peut être difficile de s'en débarrasser. "Souvent, le comportement ne va à l'encontre de rien de légal, vous ne pouvez donc pas les licencier si d'autres membres de l'organisation ne conviennent pas qu'une ligne a été franchie", explique Porath. Voici ce qu'il faut faire à la place.

Creusez plus profondément
La première étape consiste à examiner de plus près le comportement et ce qui le cause. La personne est-elle malheureuse au travail? Luttant dans leur vie personnelle? Frustré par les collègues ? « Vous pourriez les rencontrer et leur demander comment ils vont – au travail, à la maison et dans le cadre de leur développement de carrière », suggère Porath. Si vous trouvez qu'il y a une raison pour laquelle ils agissent comme ils le sont, proposez votre aide. « Un responsable peut utiliser ces informations pour coacher la personne ou suggérer des ressources pour aider à résoudre la racine du problème. » Par exemple, ajoute Minor, si la personne est en instance de divorce ou est aux prises avec un problème de santé mentale, vous pourriez offrir « des ressources de conseil ou des congés qui pourraient potentiellement atténuer » le problème sous-jacent.

Donnez-leur des commentaires directs
Dans de nombreux cas, les personnes toxiques sont inconscientes de l'effet qu'elles ont sur les autres. « La plupart du temps, les gens ne réalisent pas qu'ils sont aussi destructeurs qu'ils le sont », dit Porath. "Ils sont trop concentrés sur leurs propres comportements et doivent être conscients de l'impact plus large." C'est pourquoi il est crucial de donner des commentaires directs et honnêtes - afin qu'ils comprennent le problème et aient la possibilité de changer. Les règles standard de feedback s'appliquent : expliquer objectivement le comportement et ses effets, à l'aide d'exemples précis et concrets. "Ce n'est pas utile de dire:" Vous nous ennuyez tous "", explique Porath. « Il faut l'ancrer dans le travail. » Discutez également du type de comportement que vous aimeriez voir à la place et élaborez un plan d'amélioration avec l'employé. « Que voulez-vous qu'ils changent ? Efforcez-vous d'atteindre des objectifs clairement définis et mesurables », déclare Porath. "Vous leur donnez la chance d'avoir un impact plus positif sur les gens."

Expliquer les conséquences
Si la carotte ne fonctionne pas, vous pouvez également essayer le bâton. "Nous avons tous tendance à réagir plus fortement aux pertes potentielles qu'aux gains potentiels, il est donc important de montrer aux délinquants ce qu'ils risquent de perdre s'ils ne s'améliorent pas", explique Porath. Si la personne hésite à se réformer, déterminez ce qui lui tient le plus à cœur – le privilège de travailler à domicile, son bonus – et mettez cela en jeu. Pour la plupart des gens, la possibilité de rater une promotion promise ou de subir d'autres conséquences « liées au portefeuille » sera une forte motivation pour se comporter de manière plus civile.

Accepter que certaines personnes ne changeront pas
Bien sûr, vous devez toujours espérer que la personne peut changer, mais tout le monde ne réagira pas aux tactiques énumérées ci-dessus. Minor fait actuellement des recherches sur des médecins toxiques et affirme que les premiers résultats indiquent que certains sont incapables ou refusent de changer. Les recherches de Porath sur l'incivilité ont quant à elles révélé que "4% des gens adoptent ce genre de comportement simplement parce que c'est amusant et qu'ils pensent qu'ils peuvent s'en sortir". Dans ces cas extrêmes, vous devez reconnaître que vous ne pourrez pas résoudre le problème et commencer à explorer des réponses plus sérieuses.

Documenter tout
Si vous concluez que vous devez vraiment licencier la personne, vous devez d'abord documenter ses infractions et toute réponse que vous avez proposée jusqu'à présent. "Vous voulez établir un modèle de comportement, les mesures que vous avez prises pour y remédier, les informations, les avertissements ou les ressources fournis à l'employé, et l'échec de l'employé à changer", explique Porath. Incluez également des « documents à l'appui » : des plaintes formelles, des informations pertinentes provenant d'évaluations de performance, telles que des évaluations à 360 degrés ou par des pairs. L'idée, dit Minor, est de vous protéger et de protéger l'entreprise et de montrer à votre employé exactement pourquoi il est licencié.

Séparer la personne toxique des autres membres de l'équipe
Même si vous ne pouvez pas vous débarrasser d'une pomme pourrie, vous pouvez l'isoler du reste du boisseau pour que la pourriture ne se propage pas. Les recherches de Minor montrent que les personnes proches d'un employé toxique sont plus susceptibles de devenir elles-mêmes toxiques, mais la bonne nouvelle est que le risque diminue également rapidement », dit-il. Dès que vous mettez une certaine distance physique entre le délinquant et le reste de l'équipe - par exemple, en réorganisant les bureaux, en réaffectant des projets, en planifiant moins de réunions à tous les niveaux ou en encourageant plus de journées de travail à domicile - vous verrez le la situation commence à s'améliorer. Porath appelle cela « immuniser » les autres. « Vous essayez de protéger les gens comme vous le feriez avec une maladie », dit-elle. "Vous allez, espérons-le, diminuer le nombre de rodages et la perte cognitive." Mais assurez-vous de le faire avec discrétion. Laissez les employés vous présenter leurs plaintes concernant le collègue toxique et utilisez des « conversations en tête-à-tête » pour les guider sur la façon dont ils pourraient minimiser leurs interactions. »

Ne vous laissez pas distraire
Gérer une personne toxique peut gruger votre temps, votre énergie et votre productivité. Mais « ne dépensez pas tellement pour un seul individu que vos autres priorités tombent à l'eau », dit Porath. Pour contrer la négativité et vous assurer que vous êtes toujours en plein essor, « entourez-vous de personnes positives et solidaires » et « recherchez un sens et un but dans votre travail », dit-elle. Concentrez-vous également sur les soins personnels de base. "Si quelqu'un vous épuise, faites de l'exercice, mangez bien, dormez et faites des pauses, à la fois de courte durée et de vacances", dit-elle. « Être en bonne santé et proactif est la seule chose que nous savons qui protège les gens des effets d'un comportement toxique. »

Principes à retenir

  • Parlez à la personne pour essayer de comprendre ce qui cause le comportement.
  • Donnez des retours concrets et spécifiques et offrez l'opportunité de changer.
  • Cherchez des moyens de minimiser les interactions entre l'employé toxique et le reste de votre équipe.
  • Abordez la situation avec les autres membres de votre équipe. Permettez-leur de le mentionner d'abord, puis de fournir des suggestions.
  • Essayez de licencier la personne à moins que vous n'ayez documenté le comportement, son impact et votre réponse.
  • Soyez tellement absorbé par la gestion du problème que vous ignorez des tâches et des responsabilités plus importantes.

Étude de cas n° 1 : Donner des commentaires directs et soutenir le reste de l'équipe
Christina Del Villar, directrice du marketing de la société de logiciels d'opérations de commerce électronique Webgility, a dirigé une petite équipe dans une start-up plus tôt dans sa carrière. Une employée, Sharon (nom d'emprunt), une responsable marketing senior, rendait le reste du groupe misérable.

"Elle était alcoolique, abusait de drogues et avait un problème de santé", se souvient Christina. Son travail était "plein d'erreurs", son éthique de travail était médiocre - "elle était souvent absente du bureau, au moins un jour par semaine, sinon plus » — et elle s'attribuait souvent le mérite des efforts des autres.

Christina s'est assurée de documenter le comportement, mais a déclaré qu'elle ne pouvait pas licencier Sharon parce que la femme "avait menacé de poursuivre pour diverses raisons, y compris son état de santé" si elle était licenciée. Au lieu de cela, elle a travaillé pour empêcher « la négativité de s'infiltrer dans tout » en donnant régulièrement des commentaires et des directives à Sharon. "Parfois, les gens ne réalisent pas l'impact qu'ils ont, alors j'aime avoir une conversation franche avec eux sur leur comportement, ce qu'ils peuvent faire pour le changer et comment ils peuvent mieux travailler avec l'équipe." Son approche était « délicate » car, avec Sharon, « vous ne saviez jamais vraiment qui vous alliez avoir un jour donné ». Mais elle a appris à lire "l'état d'esprit" de son employé et à "choisir les jours où elle accepterait mieux ce genre de conversation".

Christina a également soutenu le reste de l'équipe. «Parfois, c'était aussi simple que de dire qu'ils faisaient un excellent travail ou de les remercier d'être intervenus pour« combler le vide »laissé par Sharon, explique-t-elle. Elle les a également encouragés à se concentrer sur eux-mêmes et leur travail, "pas sur ce que quelqu'un d'autre faisait ou ne faisait pas". Lorsqu'ils se sont plaints de Sharon, elle a offert des conseils "tout en respectant la vie privée de chacun et en respectant la loi".

Alors que les efforts de Christina ont réduit l'impact négatif de Sharon, le problème a finalement été résolu par les circonstances. Lorsque leur entreprise a été rachetée par une plus grande entreprise, Sharon a déménagé dans un autre service.

Étude de cas n°2 : Aidez-le à reconstruire sa réputation
Daniel Hanson (ce n'est pas son vrai nom) a déjà dirigé une équipe informatique dans une grande multinationale qui souffrait à chaque fois qu'elle devait interagir avec Bob (pas son vrai nom non plus), un consultant interne senior. "Il avait l'habitude de parler avec mépris aux gens et d'être méprisant et ignorait parfaitement que ses comportements irritaient les gens", se souvient Daniel.

Avec un peu de sondage, Daniel a découvert certaines des raisons de la négativité de Bob. «Sa vie personnelle était un gâchis entre de mauvaises relations et des enfants séparés. De plus, il s'était rendu compte qu'il avait atteint un certain âge et n'avait pas obtenu la satisfaction professionnelle qu'il souhaitait et il pensait qu'il méritait.

Pourtant, Daniel a clairement fait savoir à Bob que son comportement devait changer. Il a recommandé un conseiller fourni par l'entreprise et a offert son temps et ses conseils lors de réunions hebdomadaires. «Je lui ai dit que c'était sa dernière chance et que la prochaine étape était un plan formel de gestion des performances et presque inévitablement la sortie de l'entreprise», dit-il.

Bien que de nombreux managers "détestaient Bob avec passion", Daniel les a encouragés à arrêter de parler de lui dans son dos, "pour voir qu'il essayait de changer et de l'inclure dans des projets plus seniors sous une étroite surveillance". Il a parlé aux gens individuellement et "a souligné que sa contribution à de nombreux projets avait été immense".

« Au fur et à mesure que le comportement de Bob changeait, leurs attitudes à son égard ont également changé », explique Daniel. Il est fier que, lorsque Bob a finalement été transféré dans une autre équipe, c'était parce qu'il avait voulu y aller, pas parce qu'il avait été forcé de partir.


10 relations toxiques que les personnes mentalement fortes évitent

En tant que jeunes, nous apprenons l'éducation sexuelle à l'école primaire, la légalité du mariage à la fin de notre adolescence et peut-être un peu de psychologie sociale à l'université. Mais lorsqu'il s'agit de gérer les subtilités des relations dans le monde réel, nous ne recevons que très peu de conseils formels… ou pire, nous recevons des colonnes de conseils dans les magazines de beauté en ligne.

Oui, les relations sont des essais et des erreurs dès le départ. Et si vous êtes comme la plupart d'entre nous, vous avez rencontré beaucoup d'erreurs en cours de route.

Une grande partie du problème est que de nombreux comportements relationnels toxiques sont intégrés à notre culture. Nous adorons l'idée d'un amour romantique insouciant – vous savez, où deux personnes s'en vont au coucher du soleil avec bonheur pour toujours avant même de se connaître vraiment. Et nous sommes élevés pour objectiver nos relations et les protéger comme des biens personnels. Ainsi, nos amis et amants sont souvent traités comme des atouts plutôt que comme des êtres humains de libre arbitre avec qui partager le véritable amour et le soutien émotionnel.

Heureusement, il y a eu beaucoup de recherches scientifiques sur les relations saines et heureuses au cours des dernières décennies qui ont permis aux personnes averties de renforcer leur force mentale contre les relations toxiques et les comportements relationnels toxiques. Et c'est exactement ce que je veux partager avec vous aujourd'hui : dix types courants de relations toxiques que les personnes mentalement fortes apprennent à éviter :

1. Relations gérées par une seule personne.

Une relation est toxique lorsqu'une personne la dirige. Période.

Lorsque vous vous sentez hors de contrôle ou un peu perdu, il peut être tentant de chercher quelqu'un prêt à prendre en charge votre vie pour vous, juste pour alléger la pression. Mais avant de considérer ceci : si vous mettez un collier autour de votre cou et donnez la laisse à quelqu'un d'autre, vous n'aurez rien à dire sur l'endroit où il vous mènera dans la vie.

Nous ne devrions jamais nous sentir impuissants ou piégés dans une relation. En fait, si l'une ou l'autre personne se sent impuissante ou piégée, la relation n'existe pas vraiment. Parce que c'est le but des relations : la liberté.

Oui, des relations saines reposent sur une base solide de libre arbitre et de travail d'équipe. Et puisque les relations sont l'un des plus grands vecteurs de croissance personnelle et de bonheur, le voyage le plus important que vous ayez jamais fait dans la vie est de rencontrer quelqu'un d'autre à mi-chemin. Vous obtiendrez bien plus en travaillant avec eux, plutôt que de travailler contre eux ou d'essayer de les contrôler. C'est vraiment un cercle complet. La force d'une relation dépend de la force individuelle de ses deux membres, et la force de chaque membre à long terme dépend de la qualité de la relation.

2. Des relations censées vous « compléter ».

Notre culture, qui repose sur des fantasmes d'amour romantique, suggère souvent qu'une fois que vous rencontrez "The One", vous serez sorti de votre misère ou de votre ennui et élevé dans un état de plénitude et de bonheur perpétuels.

Ainsi, il est facile de croire que c'est le travail de votre partenaire de vous faire sentir joyeux et entier. Mais la vérité est que, bien qu'une relation saine puisse certainement apporter de la joie, ce n'est pas le travail de votre partenaire de combler vos vides. C'est votre travail et le vôtre seul, et jusqu'à ce que vous acceptiez l'entière responsabilité de votre vide, de votre douleur ou de votre ennui, des problèmes surgiront inévitablement dans la relation.

Le désir d'achèvement que vous ressentez à l'intérieur vient du fait d'être déconnecté de qui vous êtes. Personne d'autre dans ce monde ne peut vous rendre heureux. C'est quelque chose que vous devez faire vous-même. Et vous devez d'abord créer votre propre bonheur avant de pouvoir le partager avec quelqu'un d'autre.

3. Les relations qui reposent sur la codépendance.

Lorsque vos actions et vos pensées tournent autour d'une autre personne au mépris total de vos propres besoins, c'est de la codépendance, et c'est toxique. Lorsque vous créez un précédent selon lequel quelqu'un d'autre est responsable de ce que vous ressentez à tout moment (et vice versa), alors vous développerez tous les deux des tendances codépendantes. Soudain, aucun de vous n'est autorisé à planifier quelque chose sans obtenir l'approbation. Toutes les activités – même les choses banales comme regarder un programme télévisé – doivent être négociées et compromises. Quand quelqu'un commence à s'énerver, tous les besoins personnels passent par la fenêtre, car il est maintenant de votre responsabilité de vous sentir mieux les uns les autres.

Le plus gros problème du développement de ces tendances codépendantes est qu'elles engendrent du ressentiment. Bien sûr, si Angel se fâche contre moi une fois parce qu'elle a eu une journée de merde et qu'elle est aggravée et a besoin d'attention, c'est compréhensible. Mais si cela devient une attente que ma vie tourne autour de son bien-être émotionnel 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, alors je vais finir par devenir très amère envers ses sentiments et ses désirs.

Comme Jim Rohn l'a dit un jour : « Le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à quelqu'un est votre développement personnel. J'avais l'habitude de dire : « Si tu prends soin de moi, je prendrai soin de toi. « Maintenant, je dis, je prendrai soin de moi pour vous, si vous prenez soin de vous pour moi. »

En d'autres termes, assumez la responsabilité de vos propres émotions et attendez-vous à ce que votre partenaire et vos amis soient responsables des leurs. Il y a une différence subtile mais importante entre être solidaire et être obligé à tout moment. Tout sacrifice pour les autres doit être fait comme un choix autogéré et non pas considéré comme une obligation. (Read Codependent No More.)

4. Relationships based on idealistic expectations.

You don’t love and appreciate someone because they’re perfect, you love and appreciate them in spite of the fact that they are not. “Perfection” is a deadly fantasy – something none of us will ever be. So beware of your tendency to “fix” someone when they’re NOT broken. They are perfectly imperfect, just the way they should be.

Truthfully, the less you expect from someone you care about, the happier your relationship with them will be. No one in your life will act exactly as you hope or expect them to, ever. They are not YOU – they will not love, give, understand or respond like you do.

The biggest disappointments in life and in relationships are the result of misplaced expectations. Tempering unrealistic expectations of how something or someone “should be” will greatly reduce unnecessary frustration and suffering.

Bottom line: Any relationship that’s real will not be perfect, but if you’re willing to work at it and open up, it could be everything you’ve ever dreamed of.

5. Relationships where past blame is used to justify present righteousness.

When someone you’re in a relationship with continues to blame you for your past mistakes, your relationship is toxic. If both people in the relationship do this it becomes a hopeless battle to see who has screwed up the most over the years, and therefore who owes the other one more of an apology.

When you use someone else’s past wrongdoings in order to try and justify your own present righteousness, it’s a lose-lose situation. Not only are you dodging the current (valid) issue itself, but you’re digging up guilt and bitterness from the past to manipulate the other person into feeling wrong in the present.

If this goes on long enough, both people in the relationship eventually spend most of their energy trying to prove that they’re less guilty than the other rather than solving the present problem. They spend all of their time trying to be less wrong for each other instead of being more right for each other.

You must recognize that by choosing to be in a relationship with someone, you are choosing to be with all of their prior mistakes. If you don’t accept those mistakes, then ultimately, you do not accept them. If something bothered you that much in the past, you should have dealt with it then. It’s time to let bygones be bygones. (Angel and I discuss this in detail in the “Relationships” chapter of 1,000 Little Things Happy, Successful People Do Differently.)

6. Relationships built on daily lies.

Trust is the foundation of a healthy relationship, and when trust is broken it takes time and willingness on the part of both people to repair it and heal. All too often, I’ll hear a coaching client say something like, “I didn’t tell him but I didn’t lie about it, either.” This statement is a contradiction, as omissions are lies too. If you’re covering up your tracks in any way, it’s only a matter of time before the truth is revealed and trust in the relationship is broken.

Remember, an honest adversary is always better than a friend or lover who lies. Pay less attention to what people say, and more attention to what they do. Their actions will show you the truth in the long run.

If you catch someone you care about lying to you, speak up. Some people will lie to you repeatedly in a vicious effort to get you to repeat their lies over and over until they effectively become true. Don’t partake in their nonsense. Don’t let their lies be your reality. Don’t be afraid to stand up for the truth – YOUR truth. Forgiveness and reconciliation can’t begin until this truth is told.

7. Relationships that lack forgiveness and the willingness to rebuild trust.

Failing to understand that broken trust CAN be repaired leads to a grim future.

When trust is broken, which happens in nearly every long-term relationship at some point, it’s essential to understand that it can be repaired, provided both people are willing to do the hard work of self-growth.

In fact, it’s at this time, when it feels like the solid bedrock of your relationship has crumbled into dust, that you’re being given an opportunity to shed the patterns and dynamics with each other that haven’t been serving you. It’s painful work and a painful time, and the impulse will be to leave, especially if you believe that broken trust cannot be repaired. But if you understand that trust levels rise and fall over the course of a lifetime you’ll be more likely to find the strength to hang in, hang on, and grow together.

8. Relationships in which passive aggression trumps communication.

Passive aggressive behavior takes many forms but can generally be described as a non-verbal aggression that manifests in negative behavior. Instead of openly expressing how they feel, someone makes subtle, annoying gestures directed at you. Instead of saying what’s actually upsetting you, you find small and petty ways to take jabs at someone until they pay attention and get upset.

This is obviously a toxic relationship situation. It shows that you two are not comfortable communicating openly and clearly with one another. A person has no reason to be passive-aggressive if they feel safe expressing any worries or insecurities within the relationship. A person will never feel a need to hide behind passive aggression if they feel like they won’t be judged or criticized for what they are thinking.

In healthy relationships, feelings and desires are shared openly. Make it clear that the other person is not necessarily responsible or obligated to your ideas and opinions, but that you’d love to have their support. If they care about you, they will likely give it, or at least compromise in some way.

9. Relationships governed by emotional blackmail.

Emotional blackmail is when someone applies an emotional penalty against you when you don’t do exactly what they want. The key condition here is that you change your behavior, against your will, as a result of the emotional blackmail. In other words, absent the emotional blackmail you would do differently, but you fear the penalty so you give in. This is extremely toxic behavior.

The solution, as with passive aggression, is simply better communication. There should never be a penalty, just an honest conversation. It’s crucial for both people in a relationship to know that negative thoughts and feelings can be communicated safely to one another without there being penalties and harsh repercussions. Otherwise people will suppress their true thoughts and feelings which leads to an environment of distrust and manipulation.

Perhaps there’s something that really bothers you about your friend or lover. Why aren’t you saying something? Are you afraid they’ll get upset? Maybe they will and maybe they won’t. Either way you need to deal with it upfront, constructively, and avoid burying it until it worsens, festers and explodes out of you.

Remember, it’s fine to get upset at someone you care about or to not like something about them. That’s called being an imperfect human being. Understand that committing to a person and always liking a person’s choices is not the same thing. One can be committed to someone and not like everything about them. On the contrary, two people who are capable of communicating sincere criticism towards one another without judgment or emotional blackmail will strengthen their commitment to one another in the long run. (Read Emotional Blackmail.)

10. Relationships that are always put on the back burner.

Failing to carve out quality time for important relationships is one of the most toxic relationship mistakes of them all, and yet it often goes unnoticed… at least for a while… until everything starts falling apart.

The truth is, relationships are like any other living entity: they require dedicated time in order to survive and thrive. It’s easy to allow life to take over, especially when you have young children, work, and a body that needs nourishing food and exercise. But your relationship with someone is a body as well, and if it’s not watered with quality time every week, it will start to wither. Make time every week to focus only on those you care about, and time every day to pour even just a few minutes of quality interaction into your closest relationships.

Nothing you can give is more appreciated than your sincere, focused attention – your full presence. Being with someone, listening without a clock and without anticipation of the next event is the ultimate compliment. It is indeed the most valued gesture you can make to another human being.

The floor is yours…

What would you add to the list? What toxic relationship circumstances and behaviors do you try to avoid? Leave a comment below and share your thoughts.

This article was co-written by Marc and Angel and Mark Manson, and inspired by Mark’s insightful work which can be found here.


8 Examples of Negative Emotions

As we’ve begun to explore, negative emotions are completely normal. Without them, we wouldn’t be able to appreciate positive ones. At the same time, if you find you consistently have a tendency towards one particular emotion – especially a negative one – it’s worth exploring why that might be.

I’ve summarized 8 of the more common negative emotions and why they might arise:

Colère

Ever have someone tell you no to do something you want? How does that make you feel? Does your blood begin to boil, your temperature rise and do you metaphorically ‘see red’? This is commonly how anger is described. Your body is reacting to things not going your way, and it’s an attempt to try and rectify that.

Often when we’re angry we’ll shout, our face will register our anger and we may even throw things around. We’re trying to get our own way in a situation and this is the only way we can think how. If you’re often reacting to scenarios in this way, it’s a good idea to explore why and come up with more positive strategies.

Annoyance

Do you have a colleague who perhaps talks too loudly? Does your partner always leave their dirty dishes in the sink? Though we may like our colleague and love our partner these behaviors can make us feel really annoyed. Referring to Pluchik’s wheel, you can see that annoyance is the weaker form of anger.

While not as intense as anger, it’s the result of a similar thought process – something has happened or someone is doing something you wish they wouldn’t. And you have no control over it.

Fear is often cited as one of the core basic emotions, and that’s because it’s heavily linked with our sense of self-preservation. It’s an evolved response to warn us about dangerous situations, unexpected obstacles or failures. We don’t feel fear in order to feel distressed, on the contrary, it’s there to help us navigate potential danger successfully.

Embracing the emotion of fear and exploring why it arises can help you prepare yourself proactively to tackle challenges.

Anxiété

Much like fear, anxiety seeks to warn us about potential threats and dangers. It’s often seen as a negative emotion as it’s thought having an anxious disposition impairs judgment and our ability to act. New research has found the opposite.

Zein, Wyatt, and Grezes (2015) found having anxiety heightened participants ability to recognize faces with angry or fearful expressions. They measured electrical signals in the brain and found that non-clinically diagnosed participants shifted their energy from sensory (expressing the emotion) to motor (physical action) circuits. Basically, participants with anxiety were more ready to respond and react to perceived threats.

Sadness

When you miss a deadline, get a bad grade, or don’t secure that job you had your hopes pinned on, you’ll probably feel sad. Sadness happens when we are dissatisfied with ourselves, our achievements or the behavior of someone else around us. Sadness can be good to experience as it indicates to us that we passionate about something. It can be a great catalyst to pursue change.

La culpabilité

Guilt is a complex emotion. We can feel this in relation to ourselves and past behaviors that we wish hadn’t happened, but also in relation to how our behavior impacts those around us. Guilt is often referred to as a ‘moral emotion’ (Haidt, 2000) and can be another strong catalyst to encourage us to make changes in our life.

Apathy

Like guilt, apathy can be a complex emotion. If you’ve lost enthusiasm, motivation or interest in the things you’ve previously enjoyed, this could be related to apathy. Like anger, it can arise when we lose control over a scenario or situation but instead of becoming angry, we pursue a more passive-aggressive expression of rebellion.

Désespoir

Ever tried to achieve a certain task or goal multiple times and not succeeded? Did that make you feel like throwing your hands in the air, and camping out in bed with a large tub of ice cream for company? That’s despair and it’s an emotion that arises when we aren’t getting the results we want. Despair gives us an excuse to give up on our desired goals and it comes back to a self-preservation tactic.

Despair can actually be a useful reminder to take a break and restore, before continuing to pursue a challenging goal.


Why Toxic Environments Are Detrimental

Mental and emotional stresses often result in a physical response. Think of when you feel nervous over something like a job interview or a first date. Your palms might sweat, your heart might beat faster, and your mouth may feel dry. Physical bodily responses like these are often directly linked to a mental or emotional cause.

Physical responses to toxic environments or relationships are no different. According to The Guardian, “bodily responses to relationship conflict can cause long-term damage.” That’s right, your relationships could literally be making you sick. Your overall health, sex life, and risk for drug and alcohol abuse are all on the line when you prolong your exposure to a toxic environment or relationship.

Santé

When you feel unsatisfied or hurt by your environment and the behaviors of the people in your environment, it’s hard to feel happy and healthy overall. Your mood might dip, along with your energy levels, and you can even develop heart problems and other more serious ailments.

Psychology Today notes, “many health-conscious people don’t realize that the quality of their relationships can be just as toxic to their health as fast food…” In America, there’s a tendency to treat physical problems as separate from mental ones, but a little digging reveals this to be untrue.

The two are inextricably tied. Placing yourself in a positive and supportive environment is one of the best things you can do for your overall health and wellbeing.

Intimité

A toxic environment can even be detrimental to your intimate relationships. Depression and anxiety are among the top 10 causes of sexual dysfunction for men. Affected women may experience anorgasmia or be unable to experience arousal. It’s clear that toxicity can affect every area of your life — even the bedroom.

Not only can the consequences of being in a toxic environment affect your libido, but experiencing mental health issues can cause:

  • Dysfunction as a result of prescription medication side effects
  • Negative feelings from both partners regarding intimacy
  • Challenges finding and maintaining romantic relationships
  • A desire to self-medicate with addictive substances

While some of these effects can be managed with counseling, holistic care, and medication, open communication is the best course to avoid letting them do serious damage to intimate relationships.

Drugs & Alcohol

The stresses of a toxic life can even lead someone to turn to drugs or alcohol to treat emotional, mental, and physical issues resulting from the toxic lifestyle or relationships. These remedies can be highly addictive and can result in a downward spiral in all aspects of your life.

Around 22% of mental health cases also have associated substance abuse problems it’s more important than ever to make sure you’re not putting yourself in an environment or relationship that adds stress and other negativity to your life.

If you constantly subject yourself to toxicity in the form of relationships, behaviors, and environments, the consequences can be dire.


A Take-Home Message

Positivity can be mind altering.

But delivering positivity disingenuously or during unsuitable times can cause toxic positivity.

Toxic positivity in the workplace can damage relationships and business productivity. Martin Seligman’s Theory of Authentic Happiness demonstrates the necessity for negativity. The premise of this theory is that authentic happiness involves developing one’s strengths (Mageed & Mohamed, 2020).

To develop strengths, you must know your needs for improvement. With only positive statements, there is no room for constructive feedback, which is crucial for advancement.

Besides the workplace, an educator must give students feedback, both positive and negative. Likewise, during parent–teacher conferences, the teacher must remain honest while tactfully sharing constructive feedback about the student. Toxic positivity shared during a parent–teacher conference could lead to future problems if the parent only finds out their child is failing after the school year is over.

It is only harmful if it is disingenuously encouraged and when it dismisses other emotions. Thinking positively and encouraging positive vibes has its time and place however, perhaps we should consider modifying the mantra “good vibes only” to “any vibe accepted” when listening to others and considering our own emotions.

So before uttering another hakuna matata, consider the consequences and apply compassion and empathy instead.

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de cet article. Don’t forget to download our three Positive Psychology Exercises for free.

If you wish for access to more tools, our Positive Psychology Toolkit© contains over 350 science-based positive psychology exercises, interventions, questionnaires, and assessments for practitioners to use in their therapy, coaching, or workplace.